Qui travaille réellement le dimanche ?

le
8
Qui travaille réellement le dimanche ?
Qui travaille réellement le dimanche ?

Près d'un tiers des salariés et plus de la moitié des non-salariés travaillent le dimanche de manière habituelle ou occasionnelle : dans quelles conditions travaillent-ils ? Le point sur la loi en vigueur.

QUI TRAVAILLE LE DIMANCHE ?

29% des salariés étaient concernés (de façon habituelle ou occasionnelle) par le travail du dimanche en 2011 (contre 20% en 1990), selon le ministère du Travail (Dares). Chez les non-salariés (boulangers, agriculteurs, conducteurs de taxi etc.) la proportion passe à 54%. Au total, 8,2 millions de personnes sont concernées, un peu plus souvent les jeunes (20,5% de moins de 29 ans) et les femmes (55,5% des salariés travaillant habituellement le dimanche).

Les salariés assurant protection et sécurité (gendarmes, pompiers, gardiens de prison, etc.) sont ceux pour lesquels le travail du dimanche est le plus répandu (plus de 80%). Viennent ensuite les professions de santé (60%) puis un ensemble regroupant hôtellerie et restauration, transport ou encore commerce (48,2%).

QUE DIT LA LOI ?

La loi instaurant le principe du repos dominical remonte au 13 juillet 1906. Le code du travail «interdit de faire travailler un même salarié plus de six jours par semaine». Il stipule que «le repos hebdomadaire a une durée minimale de 24 heures» et que «dans l'intérêt des salariés, le repos hebdomadaire est donné le dimanche» (article L 3132-3).

Le travail dominical relève donc d'une mesure dérogatoire, et il en existe de nombreuses :

- des dérogations permanentes peuvent concerner «certains établissements, dont le fonctionnement ou l'ouverture est rendu nécessaire par les contraintes de la production, de l'activité ou les besoins du public» (établissements de santé ou hôtels, cafés et restaurants...).

- Les commerces alimentaires peuvent aussi ouvrir jusqu'à 13 heures.

Les salariés en question ne bénéficient pas nécessairement de majorations ou de repos supplémentaires.

La «loi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M363422 le lundi 30 sept 2013 à 20:13

    .." il nous empêche de travailler quand on veut " dit-il Question : et toi tu travailles le dimanche? Ta femme elle travaille..ton fils il travaille...le dimanche?

  • M363422 le lundi 30 sept 2013 à 20:12

    Deux remarques: 1) le % de ceux qui travaillent le dimanche a augmenté...cela n'a pas fait reculé le chômage, contrairement à ce que certains affirment aujourd'hui pour le généraliser2) qui travaille etc...les jeunes et les femmes. En d'autres termes ceux et celles qui sont le moins bien payés. Dira-t-on ensuite que c'est un choix?

  • pichou59 le lundi 30 sept 2013 à 16:03

    les élus tire nt à bo ulet rouge sur cette affaire, mais ils ont la mémoire courte : combien d'employés des communes travaillent le dimanche, cérémonies, fêtes, petits fours - bien souvent inutiles , argent dilapidé-

  • jbany le lundi 30 sept 2013 à 15:22

    Et qui travaille réellement le mardi?

  • gacher le lundi 30 sept 2013 à 15:14

    il est urgent de mettre en place un moyen de virer un président incapable.

  • Rockfund le lundi 30 sept 2013 à 15:12

    Les vierges effarouchées qui vont y aller de leur petite larme sont les premiers à clavioter depuis leur iPhone dans leur froc made in Bengla , qui n'en doutons pas ont été produits durant les strictes horaires syndicaux imposés dans les ateliers entre 2 cappuccino.... La sensibilité sélective...

  • LeRaleur le lundi 30 sept 2013 à 15:12

    Mais on s'en fout. Toute personne a le droit de travailler quand bon lui semble. Les syndicats ont eu leur utilité, maintenant les temps ont changé.

  • M6725349 le lundi 30 sept 2013 à 15:12

    Le gouvernement socialo cherche par tous les moyens à nous lessiver par l'impôt, et dans le même temps, il nous empêche de travailler quand on veut ... ... .... Dommage de ne pouvoir rien faire contre ces marionnettes !