Qui sont les découpeurs australiens ?

le
0
Qui sont les découpeurs australiens ?
Qui sont les découpeurs australiens ?

Ils ont détruit les Anglais et ruiné les tentatives galloises. Ils ont coupé la rose aux racines et émincé le poireau à coups de planches. Eux, ce sont les découpeurs australiens. Présentation de la meilleure troisième ligne du monde.

L'adage a fait son chemin et conserve pignon sur pré : "No scrum, no win". Auréolé de son titre en Super 15 avec les Waratahs en 2014, Michael Cheika l'a plus que jamais compris quand il arrive d'urgence à la tête des Wallabies, il y a un an, récupérant une sélection bancale empêtrée dans des affaires extra-sportives. Dans ses bagages, Mario Ledesma, Stephen Larkham et Nathan Grey. Le premier pour la mêlée, le second pour l'expérience et le troisième pour la défense. Trois chaînons manquants dans l'évolution australienne. Trois piliers de la révolution Cheika. Parce que l'ancien numéro huit le sait mieux que quiconque : on ne gagne pas sans mettre le nez dans la boue. Et dans les genoux. "Il fallait surtout penser à bien défendre, a-t-il souligné après le succès gallois. On dit souvent que derrière un grand homme, il y a forcément une grande femme. Eh bien, je pense aussi que derrière une grande attaque, il y a forcément une grande défense." Résultat, 126 plaquages réussis pour 10 ratés, malgré deux cartons jaunes successifs et une possession de 64% pour les Gallois en deuxième mi-temps. Les Wallabies l'emportent grâce à une défense de feu et une troisième ligne infranchissable. "On plaquait comme des machines, on se relevait pour aller se replacer et on replaquait, raconte le capitaine Stephen Moore, qui deviendra centenaire, avec Giteau, contre l'Écosse. Ce n'est pas spécialement compliqué, mais il faut savoir se sacrifier pour les copains." Ce soir-là, quand Hooper est suspendu, Pocock gratte, Fardy plaque, McMahon détruit. Un casting qui, à défaut d'être clinquant, est incroyablement efficace. Entre deux extraterrestres et un Beatles.

David Pocock


"Sans lui, l'équipe ne pourrait aspirer à un titre de champion du monde." On est en 2011, les Wallabies s'apprêtent à affronter les Blacks en demies, et Campese ne pèse pas ses mots. Josh Kronfeld, ancien troisième ligne aile des néo-zélandais, non plus : "Pour moi, David Pocock est plus fort que Richie McCaw. La référence du poste, à l'heure actuelle, c'est lui." Et il se pourrait bien que le constat soit le même aujourd'hui, d'autant plus que Pocock a un goût un peu plus prononcé que son homologue pour la discipline. Pas seulement gratteur (3 turnovers provoqués contre les Anglais), plaqueur (10 plaquages contre les Gallois) et casseur de mental,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant