Qui sont les 5 patrons français les mieux payés en 2015 ?

le , mis à jour à 15:16
15

Selon la société de conseil aux investisseurs Proxinvest, la rémunération des dirigeants des 120 plus grandes entreprises françaises cotées à la bourse de Paris a atteint un record en 2015 (+20% par rapport à 2014).

En 2015, 26 patrons français ont gagné plus de 4,8 millions d'euros (photo d'illustration). ( AFP / MARTIN BUREAU )
En 2015, 26 patrons français ont gagné plus de 4,8 millions d'euros (photo d'illustration). ( AFP / MARTIN BUREAU )

L'institut précise que les dirigeants du SBF 120 gagnent en moyenne 3,5 millions d'euros par an. Pour les seuls PDG du CAC40, la moyenne grimpe à 5 millions par tête (+18%). Et pour la première fois depuis 2005, les cinq patrons les mieux payés bénéficient d'une rémunération supérieure à 10 millions d'euros par an.

Face à ces chiffres, le cabinet se montre plutôt réservé au regard des performances économiques des sociétés en 2015. "Globalement, l'indice CAC 40 a progressé de 8,5% en 2015, alors que le chiffre d'affaire cumulé de ses membres a baissé de 3%. Le résultat opérationnel cumulé a reculé de 7% et les bénéfices nets cumulés ont cédé 11%", écrit le cabinet.

► 1er : Olivier Brandicourt, Sanofi

Olivier Brandicourt, le 4 mai 2016 à Paris.
Olivier Brandicourt, le 4 mai 2016 à Paris. ( AFP / ERIC PIERMONT )

Le directeur général de Sanofi, Olivier Brandicourt, arrive en tête du classement avec 16,8 millions d'euros, dont 7,2 millions de "primes de bienvenue" octroyées sous la forme d'indemnités et d'actions gratuites de performance.

► 2e : Gilles Gobin, Rubis

Le fondateur de Rubis, entreprise spécialisée dans le stockage de produits liquides (pétroliers, chimiques, agroalimentaires), figure en deuxième position avec 16,4 millions. "Il a bénéficié de la quote-part d’un dividende d’associé commandité égal à 3% de la hausse de la capitalisation boursière sur l’année qui, ajoutée à la rémunération déclarée par la société de 2,3 millions d'euros", écrit Proxinvest.

► 3e : Carlos Ghosn, Renault-Nissan

Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, le 25 avril 2016 à Pékin.
Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, le 25 avril 2016 à Pékin. ( AFP / FRED DUFOUR )

Le PDG de Renault et Nissan a touché 15,6 millions d'euros en 2015. En avril, les actionnaires ont cependant décidé de réduire de 20% la part variable de cette rémunération au titre de 2016.

► 4e : Bernard Charlès, Dassault Système

Le PDG, Bernard Charlès, le 9 novembre 2015 à Velizy-Villacoublay.
Le PDG, Bernard Charlès, le 9 novembre 2015 à Velizy-Villacoublay. ( AFP / ERIC PIERMONT )

Le directeur général de Dassault Système voit sa rémunération totale augmenter de 31% pour atteindre 14,1 millions d'euros. Il est le plus gros bénéficiaire d'actions gratuites parmi les dirigeants du SBF 120.

► 5e : Jean-Pascal Tricoire, Schneider Electric

Le PDG de Schneider Electric, Jean-Pascal Tricoire, le 17 février 2016.
Le PDG de Schneider Electric, Jean-Pascal Tricoire, le 17 février 2016. ( AFP / ERIC PIERMONT )

Le PDG de Schneider Electric arrive en 5e place en raison de l'abandon de son régime de retraite supplémentaire. En effet, l'augmentation de 86% de sa rémunération totale, qui a atteint 10,4 millions d'euros, s'explique principalement par la compensation financière liée à cette renonciation.

Ces sommes sont le total d'un salaire fixe et de primes variables parmi lesquelles on peut retrouver l'intéressement et surtout les "Golden Hello", ou chèque de bienvenue. Le classement total sera dévoilé ce mercredi 16 novembre par Proxinvest. Sous pression du gouvernement, le Medef a annoncé une révision de leur code de bonne conduite sur les salaires des dirigeants d'entreprise, tout en refusant de rendre "contraignant" le vote des actionnaires sur ce sujet. "Nous pensons que c'est au conseil d'administration", et non aux assemblées générales, "de prendre ses responsabilités", avait expliqué Pierre Gattaz, tout en se disant hostile à une loi sur le sujet.

"C'est important que le conseil d'administration garde la main (...) C'est lui qui représente les actionnaires", a-t-il poursuivi, tout en vantant les avancées de la révision du code de gouvernance des entreprises, dit code Afep-Medef, présenté comme l'un des "plus exigeants" d'Europe. Jusqu'ici, les décisions des assemblées générales d'actionnaires sur les salaires et indemnités versées aux grands patrons étaient purement consultatives. Désormais, cette procédure dite de "say on pay" aura un caractère "impératif", et devra être prise en compte par les conseils d'administration, avait assuré Pierre Gattaz.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2088646 il y a 4 semaines

    Quad on voit ses revenus qui sont complètement en décalage avec le quotidien de leur salarié ! parfois en prenant un peu de recule on se demande ce qui s'est passé pour en arriver là... ! tout ça pour une boite qu'ils n'ont même pas créé !

  • stricot il y a 4 semaines

    La plupart des gros salaires sont en fait le resultat de negociations a l'arrive: je prends le job si vous me remboursez avant que j'arrive le bonus que j'aurais certainement recu a mon boulot precedent, a savoir des stock options que je vais perdre automatiquement... ou alors pour compenser un changement de clause contractuelle.. Sinon ces gens sont payes a l'objectif, meme si la realisation de l'objectif depend assez peu d'eux.

  • mlaure13 il y a 4 semaines

    rraclos...la, par contre, je vous rejoints complètement... même la Cour des comptes (PS) à bien mis en évidence le désastre de la pléthore de l’ensemble de nos fonctionnaires en France avec toutes les dérives qui en découlent depuis Tonton 1er à ce jour, soit les 2/3 (15 000 Mrds sur 22 000 Mrds) de notre dette souveraine… UNE PAILLE… ;-)))

  • rraclot il y a 4 semaines

    Ce n'est pas cela qui m'inquiète ! Ils sont à coup sûr payés à leur valeur.. Ce qui m'inquiète ce sont ces millions de personnes payés à ne rien faire et ces dizaines de milliers d'élus qui vivent aux crochets du peuple ( politiques ,syndicalistes ainsi que les ..médias) cette dizaines de personnes utiles ne sont qu'une goutte d'eau qui cache les inondations !!

  • ppatri12 il y a 4 semaines

    il serait bien de se livrer à un petit exercice :calculer le ratio salaire / mérite et ce pour :1 patron d'entreprises privées2 politiciens et autres technocrates

  • F083188 il y a 4 semaines

    Suite : D’ailleurs un chef d’entreprise, n’a par essence, que de faire vivre son entreprise, créer des emplois, et faire du profit, sinon cela n’a aucun sens. Je suis ancien salarié.

  • F083188 il y a 4 semaines

    Suite : je vais le mettre en deux parties : Ce constat me laisse un profond malaise, surtout à cause des patrons qui pensent que : moi d’abord et je n’ai aucune limite. Cependant la très grande majorité n’a pas cette vision, et heureusement, ils voient en priorité la pérennité de leurs entreprises, la sauvegarde des emplois, et le bien être de ses salariés.

  • F083188 il y a 4 semaines

    Pourquoi je ne peux mettre mon commentaire ???

  • patjo47 il y a 4 semaines

    Ce qui me choque c'est qu un seul d entre eux soit un bâtisseur et un créateur et donc on se fout de ses revenus.Mais les autres aussi talentueux soient ils. Et bravo à Monsieur Gros pour l évolution de Renault, ce ne sont que des employés. Et pour certaines sociétés ils n ont rien à faire.Dg de Sanofi.. La boîte marcherait aussi bien sans ou avec un gamin de 5 ans. La c est du copinage inadmissible

  • M2512052 il y a 4 semaines

    C'est toujours moins que les meilleurs sportifs pour qui ca ne choque pas qu'il gagne plus de 10M