Qui pour sauver la peau des requins ?

le
0
Qui pour sauver la peau des requins ?
Qui pour sauver la peau des requins ?

Depuis des décennies, le cinéma et les médias concourent à assombrir leur réputation, profitant des lacunes de la connaissance scientifique pour surfer sur nos peurs. Aujourd'hui, loin des caméras, la grande famille des requins est au seuil de l'extinction. Engagé dans une pêche intensive et un commerce d'ailerons devenu mondial, l'homme regarde ailleurs. La 16e conférence des Parties de la CITES, qui s'achève à Bangkok, pourrait enfin amorcer le virage de l'action.

Ils sont le triste symbole du drame qui se joue actuellement dans nos océans, la preuve qu'une activité humaine irraisonnée n'est pas sans conséquence sur la pérennité des ressources. Chaque année, plus de 50 millions de requins sont tués par l'homme. En un demi-siècle de prélèvement intensif, les populations ont été décimées. Les réponses avancées au niveau mondial pour faire cesser ce massacre restent très limitées. Ainsi la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), qui protège plus de 30 000 espèces de plantes et d'animaux menacés de disparition, ne couvrait jusqu'ici que trois espèces de requins sur près de 500 : le requin-baleine, le requin-pèlerin et le grand requin blanc. Après d'âpres discussions et un vote serré, cette maigre liste vient enfin d'être complétée.

Cinq nouvelles espèces sous haute surveillance

Le requin taupe commun, le requin océanique et trois espèces de requin marteau

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant