Qui pour remplacer Cheick Diabaté à Bordeaux ?.

le
0

La nouvelle est tombée ce 1er janvier. Terrible. Plus efficace que n'importe quel menu McDo pour faire disparaître la première et pire gueule de bois de l'année. Cheick Diabaté s'est résigné à faire opérer ce genou qui le fait tant souffrir et sera absent des terrains pendant quatre mois. Alors, qui les Girondins vont-il choisir pour remplacer leur buteur et terminer ce championnat qui n'a plus vraiment de sens, sans l'immense Malien ?

  • Yaya Sanogo
    Annoncé comme acté le 30 décembre par France Télévisions, le prêt de l'attaquant d'Arsenal tarde à se concrétiser. Titularisé à seulement six reprises cette saison par Arsène Wenger, toutes compétitions confondues, l'international espoirs reste la piste la plus évidente pour remplacer Cheick Diabaté à la pointe de l'attaque bordelaise. D'abord, parce que Willy Sagnol porte sur lui un regard plein d'amour. Et tant pis si tous ces petits cœurs troublent sa vision. "Devant, il y a un gamin que j'aime beaucoup, c'est Yaya Sanogo. Dans son nouveau club d'Arsenal, il doit pouvoir continuer sa progression. Toutes proportions gardées, il possède un profil comparable à Van Basten", s'enflammait en août 2013 le Stéphanois, alors manager des équipes de France de jeunes. Ensuite, parce que le gars Yaya possède un profil assez similaire à celui du grand Cheick. Malhabile en apparence, le joueur de 21 ans se débrouille souvent pour claquer un but de renard. Ne lui reste plus qu'à s'exprimer à la troisième personne.

  • Jussiê
    Cette saison encore, Jean-Louis Triaud a fait sa spéciale : le coup de la recrue interne, ce joueur pété depuis le début de la saison qui effectuera son retour après la trêve. Cette année, elles sont deux. Théo Pellenard en défense, et Jussiê partout ailleurs. Les ligaments croisés du genou droit rompus durant la préparation estivale, le Brésilien a repris l'entraînement et ne devrait pas tarder à être opérationnel. Si son jeu n'a rien à voir avec celui de Diabaté, l'ancien Lensois est, de l'avis de tous les Bordelais, le plus adroit devant le but. Lorsqu'il le décide.

  • Fernando Cavenaghi
    Cavenagol est un homme de missions. En juillet 2011, il rompt à l'amiable son contrat avec les Girondins pour se rendre au chevet de River Plate, son club formateur, fraîchement relégué. Trois saisons plus tard, le contrat est largement rempli. River fait bien partie de l'élite argentine et vient même de remporter la Sudamericana, l'équivalent de notre Ligue Europa. Avec El Millonario, le Cave a même récemment passé la barre des cent buts claqués. Son devoir accompli, San Fernando peut désormais porter secours à l'autre club de sa vie. Celui dans lequel il est toujours adulé, là où aucun...







  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant