Qui était Al-Adnani, le "ministre des attentats" de Daech ?

le
0
Photo de Abou Mohammed Al-Adnani tirée d'une vidéo enregistrée en 2013. 
Photo de Abou Mohammed Al-Adnani tirée d'une vidéo enregistrée en 2013. 

On le surnommait le « ministre des attentats ». Il avait appelé au djihad individuel, encourageant les soldats à « tuer tout infidèle, qu'il soit Français, Américain ou d'un de leurs pays alliés » par tous les moyens (couteau, arme à feu ou véhicule). Abou Mohammed Al-Adnani a été tué dans un raid aérien. Le groupe État islamique l'a annoncé. Le porte-parole de l'organisation est mort dans la province d'Alep dans le nord de la Syrie. « Après un long voyage couronné de sacrifices, cheikh Abou Mohammed Al-Adnani a rejoint les martyrs et les héros ayant défendu l'islam et combattu les ennemis de Dieu », selon un message relayé par l'agence de propagande Amaq.

Cerveau des attaques de Paris ?

Originaire de Syrie, né en 1977, Al-Adnani a d'abord affiché une personnalité introvertie comme le révélait le journal britannique en arabe Al-Araby Al-Jadid. C'est un « ermite soufi ». Entre 1998 et 2003, on perd sa trace. On le retrouve en Irak au moment de l'entrée en guerre des États-Unis. Selon le département d'État américain, repris par Le Monde dans une enquête fouillée, Al-Adnani est « l'un des premiers combattants étrangers à s'opposer aux forces de la coalition en Irak », dès la mi-2003. C'est à ce moment qu'il prête allégeance à Abou Moussab Al-Zarkaoui, considéré comme le fondateur de l'EI. Les Américains arrivent à le capturer en 2005. Emprisonné, il rencontre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant