Qui est le plus fort entre l'homme et l'ordi ?

le , mis à jour à 10:58
0
Qui est le plus fort entre l'homme et l'ordi ?
Qui est le plus fort entre l'homme et l'ordi ?

ALPHAGO (1) - Lee Sedol (0). « Je suis stupéfait par ce résultat. AlphaGo a fait des coups qu'aucun humain ne fera jamais. Cela m'a vraiment surpris ». Hier à Séoul (Corée du sud), Lee Sedol n'en revenait toujours pas. Après trois heures et demie d'un affrontement acharné, le meilleur joueur de go au monde a dû s'incliner face un ordinateur !

Dix-neuf ans après la défaite du champion du monde d'échecs Garry Kasparov face à Deep Blue d'IBM, c'est un autre ordinateur, AlphaGo, développé par Google, qui vient de mettre au tapis une nouvelle légende vivante d'un jeu de stratégie. Lee Sedol partait pourtant favori dans ce combat prévu en cinq manches jusqu'au 15 mars.

Retransmise en direct dans toute l'Asie, la partie s'est ouverte hier matin dans un grand hôtel. Classé 9e dan, plus haut grade de la discipline, Lee Sedol, réputé pour son style intuitif et surtout imprévisible, capable de crééer des situations inextricables, était jugé de taille à battre AlphaGo dans ce jeu chinois vieux de 3 000 ans, bien plus complexe encore que les échecs par ses innombrables combinaisons possibles. Le duel a été extrêmement serré. Et ce n'est que dix minutes avant la fin de la partie que le superordindateur a piégé le champion du monde, après que celui-ci a commis deux petites fautes. Une occasion en or pour AlphaGo, conçu justement pour analyser les failles de l'esprit humain et riposter. Car AlphaGo, qui avait déjà écrasé en octobre Fan Hui, champion d'Europe, appartient à cette lignée d'ordinateurs qui révolutionnent l'intelligence articificielle depuis quelques années. Leur botte secrète ? Des programmes basés sur ce que les informaticiens appellent dans leur jargon le « Deep learning » (apprentissage profond). En clair, l'algorythme qu'exploite AlphaGo s'inspire de l'architecture neuronale du cerveau humain. « Comme lui, cet ordinateur est capable d'apprendre de ses propres expériences, décrypte le neurobiologiste ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant