Qui es-tu, l'échange de maillot ?.

le
0
Qui es-tu, l'échange de maillot ?.
Qui es-tu, l'échange de maillot ?.

Sorti à la mi-temps du match de Ligue des Champions face au Real Madrid, Mario Balotelli a provoqué l'émoi des supporters des Reds en échangeant son maillot dès la pause avec Pepe. Une pratique pourtant répandue et qui a fait son trou au fil du temps. Entre collections et souvenirs.Il est sale, il suinte et dégage l'odeur peu appréciable de l'effort. Les 90 minutes pendant lesquelles il a supporté les mouvements, les chocs, les tacles, le gazon, le rendent pourtant particulier. Presque enviable. Porté, le maillot de football est une pièce rare. Pour les collectionneurs anonymes et avides de ces reliques, mais aussi pour ceux qui s'y sont frottés au cours de la partie : « Donne moi ton maillot, je te donnerai le mien ». Devenu coutume, l'échange de tenue participe désormais d'un rituel qui s'observe à la mi-temps ou en fin de rencontre entre adversaires d'un soir. Et qu'il témoigne d'un certain respect entre footballeurs ou d'un simple désir de conserver un souvenir, le geste reste chargé de symbole. Des symboles précieusement conservés au fond des placards et autres caves de ces footballeurs fétichistes de la liquette.
Souvenirs, souvenirs
Mais pourquoi diable les joueurs sont-ils si friands d'échanges de maillots ? Pour Grégory Tafforeau, ancien cadre du LOSC, la réponse est simple : « Au delà de remplir les placards, c'est plus une question d'avoir un souvenir d'un match en particulier. C'est marrant, quelques années après, de retrouver un maillot et de se dire "tiens, c'est le match où il s'est passé ça. » Taulier du PSG des années 90, Vincent Guérin évoque, de son côté, l'attachement particulier à certaines tenues : « L'occasion de collectionner des tenues, cela fait aussi partie du rêve infantile. Quand on est gamin, on idolâtre des équipes, des joueurs, des tenues, des couleurs...il y a plein de choses. Après, il y en a qui veulent des maillots particuliers de certains joueurs. » En effet, en boutique, comme sur le terrain, certains maillots sont évidemment plus prisés que d'autres. Dès lors, facile de deviner celui qui doit gérer le plus de demandes cette saison pour l'ancien capitaine des Dogues, « J' imagine que sur les matches de cette saison, le maillot d'Ibrahimovic doit être pas mal demandé. » Dans ce cas précis, mieux vaut anticiper le coup, et se fier au célèbre crédo premier arrivé, premier servi : « Je pense qu'il y en a beaucoup qui tentent leur chance avant que le match ai commencé. (rires) », conclut-il. Une pratique récente et répandue, que n'a pas connue l'ancien milieu relayeur des Bleus : « À notre époque, je n'ai jamais entendu parler d'un accord tacite pour...

Il est sale, il suinte et dégage l'odeur peu appréciable de l'effort. Les 90 minutes pendant lesquelles il a supporté les mouvements, les chocs, les tacles, le gazon, le rendent pourtant particulier. Presque enviable. Porté, le maillot de football est une pièce rare. Pour les collectionneurs anonymes et avides de ces reliques, mais aussi pour ceux qui s'y sont frottés au cours de la partie : « Donne moi ton maillot, je te donnerai le mien ». Devenu coutume, l'échange de tenue participe désormais d'un rituel qui s'observe à la mi-temps ou en fin de rencontre entre adversaires d'un soir. Et qu'il témoigne d'un certain respect entre footballeurs ou d'un simple désir de conserver un souvenir, le geste reste chargé de symbole. Des symboles précieusement conservés au fond des placards et autres caves de ces footballeurs fétichistes de la liquette.
Souvenirs, souvenirs
Mais pourquoi diable les joueurs sont-ils si friands d'échanges de maillots ? Pour Grégory Tafforeau, ancien cadre du LOSC, la réponse est simple : « Au delà de remplir les placards, c'est plus une question d'avoir un souvenir d'un match en particulier. C'est marrant, quelques années après, de retrouver un maillot et de se dire "tiens, c'est le match où il s'est passé ça. » Taulier du PSG des années 90, Vincent Guérin évoque, de son côté, l'attachement particulier à certaines tenues : « L'occasion de collectionner des tenues, cela fait aussi partie du rêve infantile. Quand on est gamin, on idolâtre des équipes, des joueurs, des tenues, des couleurs...il y a plein de choses. Après, il y en a qui veulent des maillots particuliers de certains joueurs. » En effet, en boutique, comme sur le terrain, certains maillots sont évidemment plus prisés que d'autres. Dès lors, facile de deviner celui qui doit gérer le plus de demandes cette saison pour l'ancien capitaine des Dogues, « J' imagine que sur les matches de cette saison, le maillot d'Ibrahimovic doit être pas mal demandé. » Dans ce cas précis, mieux vaut anticiper le coup, et se fier au célèbre crédo premier arrivé, premier servi : « Je pense qu'il y en a beaucoup qui tentent leur chance avant que le match ai commencé. (rires) », conclut-il. Une pratique récente et répandue, que n'a pas connue l'ancien milieu relayeur des Bleus : « À notre époque, je n'ai jamais entendu parler d'un accord tacite pour...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant