Qui es-tu Edgardo Bauza ?

le
0
Qui es-tu Edgardo Bauza ?
Qui es-tu Edgardo Bauza ?

L'Argentine a enfin un sélectionneur. Edgardo Bauza quitte son poste à São Paulo et prend les rênes d'une Albiceleste en pleine crise. Mais qui est cet entraineur qui a remporté deux Libertadores avec deux clubs différents ?

Enfin. Après quelques semaines dans l'inconnue, l'Argentine tient son nouveau sélectionneur. Armando Pérez, président du Comité de normalisation de la fédération argentine a tout tenté pour convaincre Diego Simeone, Jorge Sampaoli (il a même voyagé à Séville pour tenter de convaincre le club et l'ancien selectionneur du Chili), ou encore Marcelo Bielsa. C'est finalement Edgardo Bauza qui a été choisi. Alors que certains parlent d'un choix par défaut, d'autres soulignent le pragmatisme – qualité nécessaire pour s'engager dans le bourbier que représente ce job en ce moment – de celui qui quitte son poste d'entraineur de São Paulo pour redresser sa nation. Portrait d'un inconnu en Europe, qui pourrait bien être le candidat idéal pour relever l'Argentine.

Bauza, Bauza, assim você me mata


Rapidement, les vannes ont fusé sur les réseaux sociaux en Argentine. Décrit comme un entraineur archi-défensif, il semble pourtant représenter le meilleur choix d'une liste sans gros noms (les quatre candidats étaient Bauza, Ramón Díaz, Miguel Ángel Russo et Caruso Lombardi).

Se filtró la táctica que usará Bauza en la Selección Argentina. pic.twitter.com/Ag9BkXu6it

— Un Metro Adelantado (@metroadelantado) 1 août 2016
Ancien défenseur central qui a débuté sa carrière à Rosario Central en 1976, El Patón, surnommé ainsi car il chausse du 46, a bien voyagé durant sa carrière de coach. Sans succès, jusqu'en 2006 et son arrivée au Pérou. Bauza mène d'abord la Liga de Quito au titre de champion national en 2007 et à la première Copa Libertadores de son histoire, un an plus tard (aussi la première d'un club équatorien). Au Mondial des Clubs, la LDU tombe en finale contre Manchester United, sur le score de 1 à 0. Cette même année, il est logiquement élu meilleur entraineur du continent. Un passage de trois mois en Arabie Saoudite, et retour sur le continent latino-américain. Il reprend la Liga de Quito, avant de signer à San Lorenzo, en 2014. Lui, l'idole de Rosario Central, va emmener le club du Pape sur le toit de l'Amérique…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant