"Qui bombardons-nous", monsieur Obama ?

le , mis à jour le
0
Sur un air faussement naïf, John Stewart a mis en lumière l'ambivalence de la politique américaine vis-à-vis de l'Iran.
Sur un air faussement naïf, John Stewart a mis en lumière l'ambivalence de la politique américaine vis-à-vis de l'Iran.

Pour sa troisième apparition au Daily Show depuis son arrivée à la Maison-Blanche, mardi soir sur Comedy Central, Barack Obama s'est livré à un vibrant plaidoyer pour que le célèbre humoriste américain John Stewart ne quitte pas son émission phare en août prochain. "Je ne peux croire que vous partiez avant moi", a lancé d'emblée le président américain, qui quittera la Maison-Blanche en janvier 2017, avant d'annoncer qu'il allait publier un décret présidentiel pour empêcher le populaire comédien américain de quitter ses fonctions. "Mais cela a été contesté devant les tribunaux", a-t-il ajouté tout sourire.

"C'est une question de droit des États" américain, lui a rétorqué du tac au tac John Stewart, qui a conjugué avec brio humour et sujets politiques pendant dix ans et demi. Profitant une fois de plus du ton libre et décontracté de l'émission, le présentateur s'est alors permis d'interpeller le président américain sur les énormes contradictions de sa politique au Moyen-Orient. Un moment d'anthologie. "Dans quelle équipe sommes-nous au Moyen-Orient ?" a ainsi demandé l'humoriste sur un ton faussement naïf, pour évoquer l'entrelacs d'alliances et d'inimitiés entretenues par les États-Unis dans la région.

Le sourire gêné d'Obama

"On combat l'EI (l'organisation djihadiste État islamique, NDLR) avec les Irakiens aux côtés de l'Iran ; mais au Yémen, c'est l'Iran que l'on combat avec les Irakiens et les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant