Questions sur le prix d'une libération d'otages

le
0
Les négociations ont été menées et conclues par le clan des Iforas, ces Touaregs du Mali et du Niger.

«Aucune libération ne s'obtient sans argent.» Ce haut responsable ­malien n'en dira pas plus, mais à ses yeux le paiement d'une «compensation» ne fait aucun doute en échange de la liberté des quatre otages. L'Élysée a immédiatement nié tout paiement, sans vraiment convaincre. Selon Le Monde, la somme versée atteindrait vingt millions d'euros. Un Nigérien évoque une enveloppe supérieure: une trentaine de millions. L'origine de ces fonds reste mystérieuse. «Ce qui est dit sur la provenance de la rançon est inexact», confirme une source proche des négociations, qui assure que les «fonds secrets» des services français n'ont pas été mis à contribution.

Reste que le paiement n'est que l'aboutissement de longs mois de tractations, de revirements et de discussions ardues. Elles avaient commencé dès le lendemain du 16 septembre 2010, date de l'enlèvement à...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant