Questions autour du siège de Jacques Chirac au Conseil constitutionnel

le
1
Membre de droit et à vie de l'institution depuis son départ de l'Elysée en mai 2007, l'ex-chef d'Etat n'assiste plus aux délibérations et ne touche plus de rémunération depuis plusieurs mois.

Jacques Chirac peut-il encore siéger rue de Montpensier ? La question, hier encore taboue, fait désormais débat. Pour les écologistes, qui se sont fendus mardi d'un communiqué, «l'ancien président ne peut plus se porter garant de la Constitution». «Le Conseil Constitutionnel, déjà largement dominé par des personnalités de droite, voit sa légitimité de plus en plus affaiblie. Comment peut-il accueillir en son sein un homme à l'intégrité morale largement compromise et qui subit par ailleurs des difficultés cognitives importantes ?» s'interroge Yves Contassot, conseiller de Paris du XIIIe arrondissement. «L'institution s'est transformée en maison de retraite dorée, alors qu'elle veille sur la constitutionnalité des lois et la régularité de scrutins majeurs», s'insurge l'écologiste, qui estime que l'affectation automatique des anciens présidents de la République au Conseil Constitutionnel n'a plus lieu d'être.

Dans les faits, Jacques Chirac siège-t-il encor...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8698575 le mardi 6 sept 2011 à 15:29

    Il n'y a pas de débat, si l'expertise médical est valable, pas de présence au procès, et encore moins au conseil constitutionnel, au moins s'il ne touche plus rien, ce n'est pas un emploi fictif !