«Quenelle» d'Anelka : WBA réfléchit à une rupture de contrat

le
0
«Quenelle» d'Anelka : WBA réfléchit à une rupture de contrat
«Quenelle» d'Anelka : WBA réfléchit à une rupture de contrat

Après deux jours d'audition, la sanction est tombée. Nicolas Anelka a été suspendu cinq matchs par la Fédération anglaise de football pour sa «quenelle» controversée du 28 décembre.

C'est la suspension minimale que risquait l'ancien attaquant international français pour son geste de célébration après son premier but contre West Ham. Cette «quenelle» -un bras tendu vers le bas, l'autre bras croisé-, empruntée à l'humoriste controversé Dieudonné, est considérée par certains comme une manifestation antisémite.

L'attaquant a la possibilité de faire appel de cette décision. Il devra en outre s'acquitter d'une amende de 97 300 euros et s'engager à suivre un stage éducatif.

Anelka évoque une «dédicace», un clin d'oeil

Nicolas Anelka, 34 ans, a cependant toujours nié toute dimension raciste ou antisémite dans son geste, expliquant, à l'appui de sa demande d'audition par la FA, qu'il s'agissait simplement de sa part d'une «dédicace» anti-système et d'un clin d'oeil à Dieudonné M'bala M'bala, un de ses amis.

L'ancien international français «est content que la commission de discipline de la FA ait considéré qu'il n'était pas antisémite et qu'il n'avait pas l'intention d'exprimer ou promouvoir l'antisémitisme par son geste, se félicite l'avocat du joueur. Il attend maintenant de recevoir les conclusions de la commission pour considérer un éventuel appel».

L'ancien joueur d'Arsenal, de la Juventus ou encore du Real Madrid était accusé par la Fédération anglaise d'avoir commis «un geste abusif et/ou indécent et/ou insultant et/ou incorrect en relation avec l'origine ethnique et/ou la race et/ou la religion».

Valls satisfait

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a estimé à Toulouse que la sanction était «un signe important», répétant qu'il jugeait ce geste «antisémite».

Interrogé par un journaliste, à l'occasion du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant