Quels produits ont été les plus vendus pendant la canicule?

le
2

INFOGRAPHIE - Les ventes de produits solaires ont explosé (+129 %!) en grandes surfaces sur la semaine de grosse chaleur. Les jus de fruit et insecticides ont également affiché de beaux scores.

Coup de chaud sur la France et dans les magasins. Alors que les températures ont atteint des pics de chaleur, sur la semaine du 29 juin au 5 juillet, les ventes de certains produits saisonniers ont explosé. Les rayons du surgelé sucré (+48 % par rapport à la même semaine l'an passé), des boissons sans alcool (+30 %) et de l'hygiène-beauté (+12%) ont été littéralement pris d'assaut durant cette période de canicule, d'après des chiffres publiés par l'institut d'études Nielsen ce vendredi.

Plus précisément, ce sont les produits solaires (crèmes, huiles, autobronzants et laits après-soleil) qui ont le plus profité de la montée des températures. Leurs ventes ont plus que doublé (+129%). Viennent ensuite les concentrés d'agrumes (+72%), insecticides (+62%), la dermatologie (+ 56%), dont les anti-moustiques, et les glaces de toutes sortes (+51%), en bac mais aussi les cônes et bâtonnets. D'après Nielsen, donc, la saison «démarre fort pour les produits phares de l'été».

L'an dernier à la même période, un scénario inverse se profilait. Le mauvais temps avait plombé les ventes des produits estivaux : légumes, fruits tels que les abricots et les pêches, glaces, ou eau gazeuse ont été boudés par les consommateurs. D'après les chiffres du panéliste IRI, les ventes de crèmes solaires dans la grande distribution ont chuté de 42,5% sur le seul mois de juillet l'année dernière, tandis que celles des glaces à l'unité fondaient de 15%.

Hors alimentaire, les grandes surfaces de bricolage, par exemple, ont aussi souffert car de nombreux Français ont reporté leurs projets de travaux en extérieur. Même tendance dans l'univers des loisirs (articles de sport, entre autres), un rayon particulièrement sinistré l'été dernier, d'après le baromètre IFLS de la consommation de juillet 2014. À l'inverse, le mauvais temps ayant limité les activités en extérieur, les biens culturels ont à l'époque tiré leur épingle du jeu. Tout comme le rosé, qui a coulé à flots l'été dernier malgré le ciel maussade.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ttini le lundi 13 juil 2015 à 08:35

    ... s'hydrate

  • ttini le lundi 13 juil 2015 à 08:34

    quand il y a la canicule on .....