Quels enseignements nous offre le Trophée des champions ?

le
0
Quels enseignements nous offre le Trophée des champions ?
Quels enseignements nous offre le Trophée des champions ?

Un stade autrichien qui sonne plutôt creux, un suspense tué dans l'œuf et une leçon de football. Le Trophée des champions 2016 a vite été plié, qu'est-ce que nous apprend la victoire du PSG sur Lyon ?

Le PSG est déjà bien huilé


Des transmissions rapides, un but à quasiment chaque occasion - Javier Pastore a croqué devant Anthony Lopes en début de seconde période alors qu'il y avait déjà 3-0 - et des inspirations géniales comme la frappe lointaine d'Ángel Di María avant le quart d'heure de jeu... Le PSG d'Unai Emery semble déjà dans les meilleurs dispositions, sur la lancée d'une préparation où il s'est offert quelques beaux scalps comme celui du Real Madrid. Tant dans les séquences de possession que dans les situations de contres, les Parisiens ont été efficaces, rapides, et très propres. Certes, en face, les Lyonnais sont totalement passés au travers, mais c'est bien le PSG qui a su se rendre le match facile.

Le suspense déjà mort ?


Vu l'ampleur du score et le contraste entre les prestations des deux équipes, on peut penser que la Ligue 1 est déjà pliée avant d'avoir commencé. Certes, il s'agit d'une évidence depuis plusieurs saisons, mais l'Olympique lyonnais apparaissait jusqu'au Trophée des champions comme la seule équipe en mesure de gêner le quadruple champion de France. Au moins jusqu'à Noël. Prestations en amicaux, reconstitution du duo Lacazette/Fekir, préservation du milieu de la saison passée... Avec un onze particulièrement remanié - Thiago Silva, Marquinhos, Krychowiak, Rabiot, Verratti et Cavani absents - le PSG a pourtant écrasé l'équipe type lyonnaise. Un motif d'espoir tout de même : en 2011-2012, Paris avait surclassé Montpellier à la Mosson lors de la phase aller (3-0), mais c'est bien le club de Louis Nicollin qui avait fini champion. Lyon peut quand même rêver ?

Le 4-2-3-1 système préférentiel pour la saison ?


C'était annoncé comme la grande révolution d'Unai Emery, avant que l'hypothèse d'un maintien du 4-3-3 ne soit mise sur la table. Pour ce premier match officiel, l'Espagnol a donc tranché en faveur du système qui a…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant