Quelques webséries qui plaisent aux enfants du millénaire

le
0
Quelques webséries qui plaisent aux enfants du millénaire
Quelques webséries qui plaisent aux enfants du millénaire

Avec des vidéos en ligne de plus en plus longues et d'une qualité désormais analogue aux productions télé, mais dix fois moins chères, plusieurs producteurs du net ont présenté mercredi au MIPTV leur meilleures webséries, souvent dans l'espoir de les vendre aux chaînes de télés. Lors du MIP Digital Fronts, nouveau marché dédié aux contenus en ligne, ces jeunes sociétés venues des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, du Canada ou d'Australie, ont expliqué mercredi s'adresser aux "Millenials", la génération des moins de trente ans, nourrie de jeux vidéos et adepte de la vidéo sur smartphone. Celle qui délaisse la télévision.Collective Digital Studios a présenté sa série "Video Game High School", l'histoire farfelue d'une école de jeux vidéo transposés dans le réel, dont les deux premières saisons ont déjà généré 120 millions de vidéo vues. SXM a montré "SOS Island", émission de téléréalité sponsorisée par Samsung, sorte de Koh-Lanta pour adolescents et sous l'oeil des internautes. Les candidats se filment et postent les clips sur internet, et les internautes peuvent voter pour leur favori en temps réel. "Ce sont les marques qui nous donnent les moyens de financer ces productions plus sophistiquées", a noté Thomas Bannister, jeune patron de SXM, société créée en 2008. Samsung a même acheté une île au gagnant."State of Syn", websérie réalisée par Smokebomb Entertainement, décrit un univers futuriste où un mur géant divise riches et pauvres. Effets visuels impressionnantS, rythme effréné, atmosphère de science-fiction mêlée aux "comics" américains, la série est complétée par un déclinaison de jeu pour Google Glass, les lunettes interactives de Google. Plus classique, "PlayNice", proposée par la société californienne Vuguru, se veut une comédie familiale pour tous supports. Autre projet ambitieux, celui de la société australienne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant