Quelque 2.000 rebelles syriens de retour en Syrie près d'Azaz

le
0
 (Actualisé avec détails sur les opérations, couverture turque) 
    par Suleiman Al-Khalidi 
    AMMAN, 18 février (Reuters) - Quelque 2.000 rebelles syriens 
sont repassés en Syrie depuis la Turquie pour aller combattre 
les miliciens kurdes dans le secteur d'Azaz, une ville du nord 
syrien à une dizaine de kilomètres de la frontière, a-t-on 
appris auprès de plusieurs sources rebelles. 
    Azaz est situé sur le dernier axe de circulation possible 
pour les rebelles entre la Turquie et Alep, la grande ville du 
nord de la Syrie où les forces de Bachar al Assad, appuyées par 
l'aviation russe, mènent une offensive depuis le début du mois. 
    Le retour de ces insurgés sur le territoire syrien a été 
confirmé par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 
qui s'appuie sur un réseau d'informateurs en Syrie. 
    Selon ces sources rebelles, les insurgés ont bénéficié du 
soutien des forces turques pour refranchir la frontière avec 
armes et véhicules. L'opération s'est étalée sur plusieurs 
nuits. 
    "Nous avons été autorisés à tout prendre avec nous, des 
armes légères aux mortiers de gros calibre, aux missiles et aux 
chars", a déclaré Abou Issa, un des commandants du Front du 
Levant. Ce groupe insurgé contrôle le point de passage 
frontalier de Bab al Salam. 
    Selon ce commandant, qui se fait appeler par son pseudonyme, 
les rebelles islamistes du Front al Nosra et d'autres groupes 
djihadistes n'ont pas été concernés par ces opérations 
nocturnes. 
    "La sécurité est accrue sur les quatre heures de route d'un 
point de passage frontalier à l'autre", a-t-il précisé. 
    Dimanche, le gouvernement syrien avait accusé des forces 
turques d'avoir pénétré sur son territoire en compagnie d'une 
centaine d'hommes armés à bord d'une dizaine de véhicules 
pick-up équipés de mitrailleuses. 
    Une autre source rebelle a déclaré que l'armée turque avait 
accentué ces deux derniers jours ses livraisons d'équipements 
militaires lourds et de munitions aux groupes rebelles pris en 
tenaille entre la progression des forces gouvernementales 
syriennes, arrivées à 25 km de la frontière turque, et l'avancée 
des miliciens kurdes des Unités de protection du peuple (YPG). 
    La Turquie, qui bombarde depuis le week-end dernier des 
positions des YPG dans le nord de la Syrie, redoute que la 
branche armée du parti kurde syrien de l'Union démocratique 
(PYD), en s'emparant d'Azaz, ne prennent le contrôle de la 
centaine de kilomètres de frontière commune avec la Turquie qui 
lui échappe encore.   
 
 (Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant