Quelle vie après une médaille olympique ?

le
0
Si elle reste à vie dans leur mémoire, la gloire olympique ne permet pas aux sportifs titrés d'en vivre éternellement. Hormis les médaillés des sports très populaires, les primés retrouvent en général rapidement une vie normale.

«Je ne crois pas que je serai à Rio en 2016!» Cette phrase, malicieusement glissée par la judokate Lucie Décosse, juste après son sacre olympique aux Jeux de Londres, n'est pas anodine. Comme Tony Estanguet, Laura Flessel, Alain Bernard (ou d'autres qui ne le savent pas encore), la championne olympique a vécu à Londres ses derniers Jeux. Qu'ils l'aient été à Londres ou lors de précédentes éditions, ces médaillés ont de grandes chances de se retrouver dans quatre ans sur un plateau télé pour commenter les exploits de leurs successeurs. Globalement, les athlètes à forte personnalité ou de disciplines populaires sont en effet bien armés pour «l'après-médaille».

Le problème se révèle plus délicat pour les athlètes de sports plus confidentiels. Comme Céline Goberville, première décorée française à Londres avec une médaille d'argent en tir à 10 mètres. Celle-ci a déjà décidé de mettre la pédale douce sur ses entraînements pour continuer son activi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant