Quelle infidélité supporte-t-on le mieux?

le
0
Les réactions face à une infidélité sentimentale ou une infidélité sexuelle diffèrent pour les hommes et les femmes, mais l'écart ne vient pas directement du genre

«Ce n'est pas ce que tu crois. Je ne sais même pas comment elle s'appelle!», se défend Gilles Lellouche surpris en fâcheuse posture par sa femme dans le film Les Infidèles. Piètre excuse mais qui reflète bien le «double standard de l'infidélité» mis en évidence dès 1996 par deux psychologues de Yale (Etats-Unis), David DeSteno et Peter Salovey et que l'on peut résumer par une double règle: Une femme peut imaginer qu'un homme ait des relations sexuelles avec une autre sans s'investir émotionnellement mais il lui est difficile de croire qu'il puisse avoir une relation affective sans sexe; Un homme peut croire qu'une femme puisse avoir une relation affective sans sexe avec un autre mais il lui est difficile d'imaginer qu'elle puisse avoir une relation sexuelle sans s'investir affectivement. Tout serait donc une question de genre (Homme/femme)? Pas si sûr…

Deux chercheurs américains, Stanislav Treger et Susan Sprecher, respectivement psychologue et sociologue à l'Univer

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant