Quelle fin de saison pour l'Inter ?

le
0
Quelle fin de saison pour l'Inter ?
Quelle fin de saison pour l'Inter ?

À moins de deux mois du terme, l'Inter a engrangé 38 points en 29 rencontres. Soit une moyenne de 1,31 points par match. En 98/99, la pire Inter des vingt dernières années en empochait 1,35. D'ici le dimanche 31 mai, l'équipe de Roberto Mancini n'a plus rien à gagner ni à sauver, si ce n'est son honneur.

Neuvième en championnat à 10 points des places européennes et à 32 de la Juventus, éliminé en quarts de finale de coupe d'Italie par Naples, éliminé en huitièmes de Ligue Europa après avoir perdu ses deux confrontations face à Wolfsburg, l'Inter Milan réalise une saison 2014/2015 absolument indigne. Indigne de son rang, indigne pour ses tifosi, indigne pour l'Italie et l'image de son football. Un motif de satisfaction tout de même : avec leurs seize points d'avance sur le premier relégable, les Nerazzurri sont presque assurés de se maintenir la saison prochaine en Serie A. À part ça, le vide. Même pas une Supercoupe à se mettre sous la dent, même pas un attaquant meilleur buteur ni une défense meilleure défense. Rien, zéro, nul ! En prenant les commandes du club au mois de novembre et en effectuant un recrutement alléchant cet hiver, Roberto Mancini pensait pouvoir redresser la barre. Il a fait pire. La Gazzetta dello Sport, mythique quotidien milanais, ne s'y est d'ailleurs pas trompée en affirmant en début de semaine qu'il s'agissait, d'un point de vue comptable, de la pire Inter depuis une vingtaine d'années. Un titre dont se serait bien passé Mancini à un mois et demi d'une fin de saison pour le moins compliquée.
Les points sur les I
"Quand je suis arrivé, je savais que ce serait difficile, mais je ne me doutais pas que cela serait si difficile. Je suis déçu parce que l'Inter s'est améliorée, mais nous n'obtenons pas les résultats escomptés. Mais je ne suis pas pour autant sous pression." Et pourtant, il devrait... Quand il fait cette déclaration au journal Tuttosport le lendemain de sa défaite face à la Sampdoria, Roberto Mancini tente de trouver l'espoir là où, manifestement, il n'y en a plus beaucoup. Avant d'aller défier le Hellas ce week-end, l'Inter n'a plus gagné le moindre match depuis le 23 février et sa courte victoire 2-1 à Cagliari. Pour retrouver la trace de son dernier clean sheet, il faut remonter au 7 février et au joli 3-0 infligé à Palerme. Depuis, l'hécatombe. Une défaite à Milan contre la Fio, deux nuls face à Naples et Cesena suivis d'un nouveau revers contre la Samp. Et, pour couronner le tout, un terrible 1-1 face à la lanterne rouge, samedi dernier, dans un Giuseppe Meazza médusé. Le constat fait mal au crâne : en 2015, l'Inter de Roberto Mancini, imbattable entre 2005 et 2010, n'arrive même plus à vaincre Parme, en faillite depuis des mois et…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant