Quelle attaque pour les Bleus ?

le
0
Quelle attaque pour les Bleus ?
Quelle attaque pour les Bleus ?

Avant l'Euro, l'équipe de France semblait avoir une ligne d'attaque partie pour durer. Sauf qu'entre blessures et méformes, une grosse partie du contingent a dû être renouvelée, et hormis Antoine Griezmann, les hiérarchies ne sont plus établies.

Avant le championnat d'Europe, la ligne d'attaque nourrissait les fantasmes. Malgré la mise à l'écart de Karim Benzema à cause de l'affaire de la sextape, Didier Deschamps pouvait aligner une armada que la plupart des nations nous enviaient. Un joueur de classe mondiale, Antoine Griezmann, l'un des meilleurs joueurs de Premier League, Dimitri Payet, le jeune joueur le plus cher de l'histoire du ballon rond, Anthony Martial, ou encore la nouvelle coqueluche du Bayern Munich Kingsley Coman. Franck Ribéry aurait voulu revenir que le sélectionneur ne lui aurait pas trouvé de place, entre son pari exotique André-Pierre Gignac et son mec sûr Olivier Giroud qui, même contesté, enfilait les buts comme des perles sous le maillot bleu. Sur le bord de la route : Alexandre Lacazette, Kevin Gameiro ou encore Hatem Ben Arfa. Trois mois plus tard ? Griezmann se porte toujours comme un charme même s'il est fâché avec les penaltys, et Payet revient bien en septembre après avoir été blessé en août. Pour les autres, les situations sont bien plus mitigées et ce qui ressemblait à une hiérarchie claire apparaît aujourd'hui comme une compétition ouverte.

Giroud, Martial et Coman dans le dur


Anthony Martial est ainsi celui qui a le plus perdu à l'Euro. Potentiel titulaire avant, il a traversé le tournoi sans briller et en jouant très peu. Et aujourd'hui doit composer avec l'arrivée de Zlatan Ibrahimović à Manchester United, où il n'a désormais ni statut de titulaire intouchable ni n°9 dans le dos. Paradoxalement, c'est quand sa situation semble la plus instable qu'il a débloqué son compteur but avec les Bleus. Mais contrairement à douze mois en arrière, il ne donne plus l'impression de pouvoir faire la différence sur son côté à chaque prise de balle. Une fonction qui incombe également à Kingsley Coman, l'un des derniers arrivés en sélection, à la faveur d'une seconde partie de saison canon en Bavière. Depuis l'Euro, c'est plus dur pour le gamin formé au PSG, qui a dû composer avec les blessures et ne compte pour le moment aucun match complet cette saison. Ni but ni passe décisive. La situation est encore plus critique pour Olivier Giroud, gêné par les pépins physiques et dépouillé de son statut de titulaire à Arsenal. Si Didier Deschamps l'aime et peut constater qu'il marque toujours en sélection, il l'a laissé sur la touche pour cette fois.
[H2…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant