Quel sport pratiquer avec son chien ?

le
0

Bon prétexte pour faire de l'exercice soi-même, une activité pratiquée avec son chien permet à ce dernier de se dépenser et de garder la forme. De nombreuses possibilités s'offrent aux maîtres pour que chacun y trouve son compte.

Une étude, menée par des chercheurs de Houston (Texas) et publiée par Circulation, revue américaine de cardiologie, a mis en avant que les propriétaires d'un chien avaient un risque de maladie cardiovasculaire réduit.

Nul doute que la compagnie d'un chien est «stimulante». Et ce dernier en tirera lui aussi de nombreux bienfaits.

Sortir et se dépenser, en dehors des sorties hygiéniques, est indispensable pour l'animal. Tout d'abord physiquement, afin de lutter contre l'obésité (un mal qui touche de très nombreux chiens), mais aussi «mentalement» pour l'équilibre et la bonne socialisation du chien.

Une question de race

Certains chiens ont réellement besoin de dépenser leur énergie très régulièrement. Cela n'est d'ailleurs pas nécessairement lié à leur taille.

Le besoin d'exercice de l'animal est donc un facteur à prendre en compte en vue de l'acquisition d'un chiot en se renseignant suffisamment sur sa race. D'ailleurs, la loi fait normalement obligation pour le vendeur de fournir un document (non contractuel) sur, entre autres, les besoins d'activité.

Quel sport choisir alors pour son animal? On peut s'orienter dans une discipline canine en vue de participer à des compétitions. Mais l'on peut également pratiquer juste pour son «bon plaisir». Car il est essentiel que le chien y éprouve de l'intérêt et en ressente de la joie.

Un large choix d'activités existe, à pratiquer en solo, en groupe, dans le cadre d'une association ou en club canin.

La plus connue des disciplines ludiques est certainement l'agility. Mais il en existe d'autres: fly-ball, frisbee dog, obérythmée, traction, canicross, cani-VTT…

Tout comme dans la vie courante, une assurance santé animale permettra de couvrir les frais vétérinaires en cas d'accidents et/ou de maladies qui surviendraient suite à la pratique d'une activité.

Attention toutefois avec les grands chiens. Leur croissance est plus longue. Donc les efforts brusques, courses, sauts répétés sont à éviter afin de ne pas endommager leurs articulations.

Modérer les efforts

Des précautions alimentaires sont aussi à prendre en considération afin d'éviter chez les grandes races le risque de torsion-dilatation d'estomac pouvant survenir notamment lors d'efforts fournis après un repas.

Les races à face aplatie (brachycéphales) ne comptent pas parmi les plus sportives. De plus, sensibles à la chaleur, elles se montrent moins endurantes.

Si l'on cherche un chien qui vous accompagnera pour le jogging dominical, cela est aussi à retenir.

À noter: un certain niveau d'activité peut nécessiter chez le chien un échauffement afin d'éviter claquages musculaires, ruptures des ligaments croisées, entorses, foulures...

Être bien encadré

Toujours en fonction de la race, il est aussi possible de proposer à son chien une activité qui soit en rapport avec ses aptitudes: obéissance, pistage, recherche en décombres, cavage (recherche de truffes).

Pour ce qui est des disciplines comportant du mordant sportif, toutes les races n'y sont pas autorisées. Ce type de sports se destine aux maîtres avertis et, surtout, correctement encadré.

SERVICE:

» CPLUSSUR.com: découvrez la meilleure assurance chiens/chats à partir de 8.90€/mois

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant