Quel est votre souvenir le plus marquant de départ en vacances d'été ?

le
0
Quel est votre souvenir le plus marquant de départ en vacances d'été ?
Quel est votre souvenir le plus marquant de départ en vacances d'été ?

Patricia Baratin

42 ans, facturière

Gisors (27)

« La perte d'une carte bancaire. Il y a trois semaines, je partais pour les Alpes. Alors qu'on allait faire le plein d'essence, Monsieur a perdu sa carte bleue, sans doute tombée de sa poche. On a cherché un peu des stations qui prenaient les chèques, et finalement on a décidé de ne pas partir ce jour-là. Nous sommes passés à la banque, avons retiré du liquide pour tout le voyage et sommes partis le lendemain. »

Alicia Ronceux

24 ans, esthéticienne

Vernon (27)

« Un voyage interminable avec une forte chaleur. Il y a deux ans, en août, je suis descendue au Portugal. Depuis Rouen, nous avons mis treize ou quatorze heures, à cinq dans la voiture et sans clim dans ma Clio. Quand nous sommes arrivés en Espagne, il faisait 35 o C, et dès que l'on passait sous un tunnel, on ouvrait en même temps les fenêtres pour se rafraîchir, et on se mettait aussi des canettes froides sur les joues. »

Yoann Besace

32 ans, commercial

Levallois-Perret (92)

« Une panne avant de passer la frontière. Quand j'avais 20 ans, je suis parti en Espagne. Je venais de m'acheter une 206. Juste avant de passer la frontière, on a dû s'arrêter sur la route. Mon câble d'embrayage nous a lâché. A trois, on a poussé la voiture, et le dépanneur nous a bricolé un truc, histoire que nous tenions jusqu'en Espagne, où nous l'avons changé pour 50 €. En France, ça nous aurait coûté beaucoup plus cher. »

Bruno Bouree

43 ans, technicien de laboratoire

Le Perchay (95)

« Une journée pour descendre dans le Sud. Quand j'étais jeune, je me souviens avoir mis vingt-quatre heures pour descendre dans le Sud, avec les parents d'un ami qui ne prenaient que des routes nationales. Ils avaient une voiture pourrie, à cinq on était serrés ! C'était un jour de départs, donc tout était bouché partout. Et on n'avait pas grand-chose à faire, on parlait, on regardait le paysage, c'était d'un ennui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant