Quel avenir pour Yaya Touré ?

le
0

Alors qu'il fête aujourd'hui ses 32 ans, Yaya Touré semble ne plus être le Citizen qu'il fut les saisons passées. Pire, son agent a même assuré qu'il y avait 90% de chances qu'il quitte Manchester City à la fin de la saison. Mais pour aller où ?

  • Au McDonald's, pour fêter son anniversaire


    Il y a tout pile un an, la première grosse embrouille entre Yaya Touré et ses dirigeants éclatait. Sacrés le 11 mai après une victoire sur West Ham (2-0), les Citizens avaient organisé une soirée le 13 mai pour fêter le titre... Mais pas l'anniversaire de Yaya. L'Ivoirien avait d'ailleurs très mal pris ce manque d'attention. Mince, il était quand même un des grands artisans du titre ! "Oublié ? Yaya ? Le joueur qui a aidé à être deux fois champion ? Mais quand vous gagnez le titre le 11 mai, qu'un jour plus tard vous allez à Abu Dhabi et que le 13 mai vous organisez une soirée pour fêter le titre et que personne ne vient voir Yaya pour dire "Bon anniversaire", qu'est-ce que vous voulez de plus ?" se demandait son agent, Dimitri Seluk, dans les médias anglais. Cette année, Paddy Power a décidé de se moquer du grand joueur en faisant voler une immense banderole "Joyeux Anniversaire Yaya" au-dessus de l'Etihad, lors de la victoire contre QPR (6-0). Exaspéré, Yaya appelle le McDonald's le plus proche et se réserve un super mercredi après-midi avec ses potos. Au programme, un Happy Anniversaire génial. À l'heure du goûter, Yaya s'enfile un Cheese, une petite frite, un Filet et quatre chicken McNuggets. Côté gâteau, il fait dans le classique avec un gâteau pâtissier au chocolat et deux ou trois Mandises. En apprenant que l'Ivoirien s'est enfilé autant de calories, les dirigeants de Manchester City le licencient.

  • Rejoindre le groupe Nomads avec son frère, Kolo


    À 15 ans, Yaya se découvre une passion pour la musique du monde. Lors de ses premières boums, il danse sur le génial "Yakalelo" de Nomads. Ah, la belle année 1998 de Yaya... Encore aujourd'hui, en avant-match, il lui arrive de se repasser ce titre, nostalgique de ses belles années passées à l'ASEC Abidjan. Juste avant le match à Swansea, son téléphone sonne. Devant un numéro compliqué, il hésite – pensant d'abord à une pub – et finit par décrocher. "Allô, Yaya ? C'est Earl Talbot à l'appareil. Il faut que tu m'écoutes. Ahmed, Philippe, Laurent et moi, on a une idée de génie pour relancer notre carrière musicale. Rejoins nous à Chicago avec ton frère, Kolo." Yaya ne joue finalement pas le match et s'envole pour le pays…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant