Quel avenir pour l'informatique après le smartphone?

le
0
Quel avenir pour l'informatique après le smartphone?
Quel avenir pour l'informatique après le smartphone?

Le smartphone a bouleversé la manière dont les gens vivent et travaillent, mais maintenant que ses ventes semblent avoir passé leur pic sur la plupart des grands marchés, le secteur technologique peine à discerner la prochaine révolution.Comme quand le PC a commencé à céder la place au smartphone, "nous sommes clairement en train d'entrer dans une nouvelle ère, où la croissance des appareils traditionnels est terminée et où on doit penser différemment", estime Bob O'Donnell, analyste en chef chez Technalysis Research.C'est toutefois difficile de dire aujourd'hui quel sera le "prochain grand truc" en matière technologique, ou même s'il y en a un. Et c'est inquiétant pour un secteur qui se repose depuis plusieurs années sur la croissance des ventes de smartphones et leurs écosystèmes d'applications mobiles, et où les grands fabricants comme Apple et Samsung sont désormais obligés de repenser leur modèle d'activité.D'après le cabinet IDC, les ventes mondiales de smartphones étaient au point mort au premier trimestre (-0,2%). Un autre cabinet, Juniper Research, a même évoqué un recul de 6%.Dans un marché du smartphone toujours plus mature, "les consommateurs sont fondamentalement satisfaits avec leurs appareils actuels" et moins enclins à les remplacer, relève John Curran, dirigeant de la branche communications, médias et technologie d'Accenture.Une étude publiée en janvier par ce cabinet, et fondée sur des enquêtes dans 28 pays, montrait des déclins d'intentions d'achats de nouveaux smartphones ou autres appareils électroniques coûteux. Quant aux objets connectés, dont les formes ne cessent de s'étendre, seul un petit nombre de consommateurs exprimaient un intérêt, évoquant des inquiétudes sur le coût, la sécurité, ou la complexité d'utilisation."On voit une large gamme d'appareils, des montres connectées, des appareils pour la maison, des drones...", énumère John Curran. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant