Quel avenir pour Jocelyn Gourvennec ?

le
0

Avec cette demi-finale de ce soir à disputer sur la pelouse d'Auxerre, Jocelyn Gourvennec n'est plus qu'à un match d'emmener Guingamp encore au Stade de France et à deux de lui faire disputer encore la Ligue Europa. En y ajoutant un maintien en bonne voie et un jeu proposé parfois enthousiasmant, il y a matière à attirer les convoitises. L'entraîneur breton est jeune, bankable et forcément ambitieux. Va-t-il pour autant partir à la fin de cette saison ? Pas sûr, en tout cas il ne cesse de clamer l'inverse

" On progresse d'année en année. Si on peut encore progresser, ce sera aussi un moyen pour moi de progresser. Je ne suis pas là à rêver d'un club prestigieux, qui a des titres, qui a des gros budgets, dans des grands stades. C'est bien, mais ce n'est pas mon moteur. Encore une fois, on fait un métier très difficile et très exigeant, et le plus important, ce sont les conditions de travail, les moyens que l'on a. Et aujourd'hui, je suis heureux dans cette fonction à Guingamp. " Voici retranscrite la dernière sortie médiatique de Jocelyn Gourvennec s'agissant de son avenir. Elle date de la fin de semaine dernière et s'inscrit dans la lignée de ses déclarations précédentes sur le sujet. S'il a de plus en plus la cote, s'il est de plus en plus annoncé ailleurs par la presse (Lille dernièrement, Saint-Etienne, Rennes et même la Bundesliga ), le technicien de l'EAG n'est pas décidé à alimenter la machine à rumeurs et à spéculation. Faut-il mettre en doute sa sincérité ? Chacun est libre de juger. Par le passé, l'homme n'a jamais caché son ambition. Il a fêté il y a peu ses 43 ans et ses débuts dans le métier lui permettent de penser raisonnablement qu'il aura l'opportunité un jour de s'exprimer dans un grand club jouant les titres et la grande coupe d'Europe. Tout est de savoir si cette opportunité se présentera à court, moyen ou long terme
La confiance totale d'un club en progression constante
Ce qui est sûr et certain, c'est que Gourvennec est encore sous contrat avec l'En Avant jusque juin 2017, ce qui fait qu'il lui reste théoriquement deux saisons à aborder à la tête de la formation bretonne, celle-là même qu'il a récupéré en 2010 au bord du précipice, alors qu'elle venait de descendre en National, et qu'elle a fait monter en trois ans jusqu'en L1 et en quatre ans jusqu'à la victoire en Coupe de France et la participation à la Ligue Europa, où elle a épaté. Couronné de succès, ce mandat de cinq ans de l'ancien meneur de jeu à l'EAG lui a aussi permis de jouir d'une aura et d'un confort rare pour diriger le sportif au sein du club. Pour être plus clair, il a le soutien sans retenu des supporters et la confiance sans réserve des dirigeants (les fameuses " conditions de travail " dont il fait état dans la déclaration de la fin de semaine dernière). C'est assez rare pour un entraîneur d'être aussi en paix et de pouvoir bénéficier d'une telle confiance sur la durée Son entente avec le président...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant