"Queen of Montreuil", la banlieue autrement au cinéma

le
0
'Queen of Montreuil' 2012 Ex Nihilo. Mikros Image. All Rights Reserved.
'Queen of Montreuil' 2012 Ex Nihilo. Mikros Image. All Rights Reserved.

(AFP) - Raconter la banlieue autrement. Dans "Queen of Montreuil", film au petit budget qui a failli ne jamais voir le jour, elle est multiethnique, solidaire et souvent très drôle sous la direction de la réalisatrice d'origine islandaise Solveig Anspach.

La jeune Agathe (Florence Loiret Caille, tout en sensibilité) est de retour chez elle à Montreuil, dans l'Est parisien, avec dans les mains l'urne funéraire de son mari, brutalement décédé, qu'elle ne sait pas où ranger.

L'arrivée inopinée à son domicile d'une routarde islandaise post-soixante-huitarde (l'incroyable islandaise Didda Jonsdottir), qui adore fumer des joints en haut d'une grue, de son fils (Ulfur Aegisson) qui se prend d'amitié pour une otarie et de quelques voisins hauts en couleur vont l'aider à reprendre pied.

Cette comédie vient de "l'envie de raconter l'histoire d'une communauté, d'une famille qu'on s'invente et qui sont souvent les plus belles", raconte à l'AFP Solveig Anspach qui vit à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

"J'en ai marre qu'on montre toujours la même chose de la banlieue comme si c'était un coupe-gorge atroce avec des voitures qui brûlent. Ce n'est pas que cela, c'est aussi plein d'ethnies différentes qui quand même vivent bien ensemble", poursuit-elle.

Si Agathe bouge peu de chez elle, il n'en est pas de même d'Anna la routarde qui emmène le spectateur jusque dans la cabine d'une grue d'où elle peut observer la ville avec ses différentes communautés immigrées ou artistiques et se lier d'amitié avec un grutier (Samir Guesmi, impeccable).

Coucou

C'est la troisième fois que Didda Jonsdottir tourne pour la réalisatrice qui l'a rencontrée à Reykjavik. "Didda n'est pas une actrice professionnelle. C'est une Bob Dylan au féminin", explique Solveig Anspach.
"Elle gagne sa vie en tant qu'éboueuse et le revendique après avoir travaillé dans des maisons de retraite. Son métier n'est pas ce qui compte, mais écrire de la poésie", poursuit-elle.

Dans le film elle est "comme un coucou qui va dans le nid des autres" chez Agathe ou dans la cabine de la grue, dit encore la cinéaste auteur du remarqué "Haut les coeurs" qui a valu à Karin Viard le César de la meilleure actrice en 2000.

"J'avais aussi envie de faire un film avec bande-son composée de différentes langues et accents, car je suis née en Islande, ma mère est islandaise, mon père est américain juif né à Berlin. À la maison on parlait plein de langues. Et je trouve que trop souvent dans le cinéma français ou à la télévision française, on n'entend qu'une langue", explique la réalisatrice. Dans une scène savoureuse, des Islandais découvrent ainsi via Skype une France pas vraiment gauloise.

Le film va sortir mercredi avec 80 copies, loin des blockbusters et leurs 5/600 copies. Mais Solveig Anspach se dit "très heureuse», car le film a failli ne jamais voir le jour.

Son producteur Patrick Sobelman (Agat Films) l'appelle un jour pour lui dire qu'il n'arrivait pas à trouver de financement. "Je lui ai alors proposé d'enterrer symboliquement le film autour d'une coupe de champagne avec le co-scénariste Jean-Luc Gaget et l'actrice Florence Loiret Caille". Ce qu'ils ont fait.

Quelques mois plus tard, Sobelman et Robert Guédiguian, autre membre d'Agat Films et célèbre réalisateur de "Marius et Jeannette", "me rappellent pour me demander si je peux faire le film pour 500.000 euros", soit en gros deux fois moins que ses budgets habituels déjà peu élevés.

"J'ai dit oui. Quand j'ai demandé d'où venait l'argent, ils m'ont dit que c'était le leur. Ça n'arrive jamais!", raconte-t-elle avec émotion.

Le film sera fait avec 600.000 euros au départ.

Aujourd'hui, elle parcourt la province au gré des avant-premières, car, dit-elle, elle ne sera pas invitée sur les plateaux de télévision: le film n'est "pas assez gros" et n'a "pas de tête d'affiche".


da/pjl/jag

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant