Québec : vers une hausse des frais de scolarité pour les étudiants français ?

le
0
L'université de Montréal, plus grande université francophone d'Amérique du Nord, accueille de nombreux Français chaque année.
L'université de Montréal, plus grande université francophone d'Amérique du Nord, accueille de nombreux Français chaque année.

Depuis un accord bilatéral signé en 1978, les étudiants francophones, notamment les Français, paient les mêmes frais de scolarité que les Québécois, contrairement aux autres étudiants étrangers. Or, le gouvernement nouvellement élu songe à "revoir la tarification pour les étudiants étrangers", selon le plan budgétaire 2014-2015 de son prédécesseur, le Parti québécois. Ce projet vise à combler le déficit du Québec, la province la plus endettée du Canada. L'argent ainsi récupéré serait réinvesti dans les universités, dont le budget est en diminution ces dernières années. Si la loi est votée, les frais de scolarité tripleront presque pour les étudiants français : à l'université de Montréal, ils passeront du tarif des Québécois, 2 224 dollars par an (1 458 euros), au tarif des Canadiens non québécois, 6 235 dollars par an (4 088 euros). Cela resterait néanmoins inférieur aux 15 000 à 20 000 dollars (9 844 à 13 124 euros) exigés des étudiants internationaux, comme le rappelle Olivier Marcil, vice-principal aux communications et relations externes de l'université McGill, à Montréal, contacté par Le Point.fr. Représentant près de la moitié des étudiants étrangers du Québec, les 12 000 étudiants français - un chiffre qui a presque doublé depuis 2006 - sont donc particulièrement menacés par cette hausse des frais d'inscription. Devant les réactions inquiètes, la ministre de l'Enseignement supérieur québécoise,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant