Québec : une «loi spéciale» polémique contre les grèves étudiantes

le
0
Le gouvernement a tenté sans succès de briser le mouvement contre la hausse des frais universitaires en adoptant une loi polémique restreignant le droit de grève et instaurant de fortes amendes. VOS TÉMOIGNAGES - Vous habitez au Québec, racontez-nous le déroulement des manifestations.

Alors que le mouvement des étudiants québécois contre la hausse des frais de scolarité n'a pas faibli en trois mois, le premier ministre Jean Charest a décidé en fin de semaine de recourir à la manière forte. Le Parlement, réuni vendredi soir, a adopté par 68 voix contre 48 une loi spéciale visant à strictement encadrer le droit de grève en milieu universitaire. But affiché de la loi: «préserver la paix, l'ordre et la sécurité publique» et «permettre aux étudiants de recevoir l'enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu'ils fréquentent».

La loi 78, qui s'appliquera jusqu'au 1er juillet 2013, s'appuie sur quatre leviers pour tenter de briser le mouvement étudiant:

o La suspension des cours. Tous les enseignements interrompus par le mouvement de grève sont suspendus et devront reprendre au plus tard le 17 août. Le semestre se terminera exceptionnellement le 30 septembre pour permettre aux universités de rattraper leur retar

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant