Que valent les maisons low cost

le
0
Maisons à finir soi-même ou pavillon «premier prix» permettent d'accéder à la propriété pour moins de 120.000 euros. Ils séduisent un nombre grandissant d'acheteurs mais ne constituent pas toujours d'excellentes affaires.

Gagner 30% sur le prix de sa maison, le principe est tentant. C'est sur cette promesse notamment que Mikit a bâti son succès. Ce spécialiste des constructions en «prêt-à-finir», c'est-à-dire dont l'aménagement intérieur (cloisons, électricité, plomberie, escaliers...) doit être entièrement réalisé par les acheteurs, séduit bon nombre d'accédants à la propriété.

Source : Mikit
Source : Mikit

Ici, les modèles premiers prix s'affichent dès 65.000 euros avec un prix moyen autour de 85.000 euros. «Les mensualités moyennes maison + terrain ne dépassent pas 700 euros en moyenne, souligne Alexandre Macieira-Coelho, président de Mikit, mais au-delà d'un prix bas, nos clients sont à la recherche de l'achat malin. Ils peuvent à la fois s'impliquer complètement dans leur projet et s'offrir des mètres carrés supplémentaires.» L'an dernier, le constructeur a ainsi livré 2000 maisons. Un marché de niche qui ne représente que 2% des maisons individuelles où la demande ne faiblit pas sur un marché immobilier plutôt morose.

Profiter de l'expérience des autres

Mais pour réaliser ces économies encore faut-il être prêt à payer de sa personne. Compter trois bons mois pour effectuer l'ensemble des travaux. Et mieux vaut ne pas prendre peur lorsque sont livrées les imposantes palettes de fournitures à poser. Si dans ce genre de constructions comme dans d'autres peuvent survenir des problèmes de malfaçons ou des défaillances de franchisés chargés d'effectuer le gros œuvres, force est de constater que la plupart des acheteurs se prennent au jeu. Ils sont d'ailleurs nombreux à créer des blogs pour relater leurs aventures: tel ce jeune couple qui installe son pavillon BBC dans l'est de la France ou cet enthousiaste qui a fini sa seconde maison Mikit dans le centre du pays (avec photos et vidéos à l'appui).

Quant à ceux que l'ampleur des travaux à effectuer effraie ou rebute, ils pourront se tourner vers Maison Castor, qui propose un concept plus souple. Cette enseigne du groupe Geoxia (Maisons Phénix, Maison familiale...) décline pour chacun de ses modèles trois niveaux de finition dont les prix vont croissant: version travaux (mise hors d'eau, hors d'air), version finition (cloisons et plomberie sont posées) et version décoration où seules manquent la peinture et les petites finitions.

«Les trois quarts de nos clients optent pour le niveau intermédiaire, précise Marion Dolbeau, directrice marketing. Ils sont beaucoup plus jeunes que les clients de nos autres marques puisque les 2/3 ont moins de 35 ans et pensent que mettre la main à la pâte les valorise.» Là aussi, la Toile offre quelques exemples de réalisation: blog très détaillé d'un projet dans le Nord, ou celui-ci qui n'en est qu'à ses débuts et retrace le parcours d'obstacle du montage de projet.

Mais si ces modèles prêts à finir permettent sur le papier de limiter la facture ou de s'offrir des mètres carrés supplémentaires, en a-t-on véritablement pour son argent? «C'est beaucoup trop cher pour ce que c'est, tranche sans appel Daniel Vennetier, fondateur de l'AAMOI (Association d'aide aux maîtres d'ouvrage individuels), une structure qui défend les particuliers face aux constructeurs de maisons individuelles avec fourniture de plan. Ces constructeurs se dispensent du second œuvre qui est très coûteux. Normalement l'économie proposée devrait plutôt s'approcher de 50% que de 30%.»

Selon ce bon connaisseur de la construction de maisons individuelle, les maisons prêtes correspondent aux attentes d'une certaines clientèle mais ne s'adressent pas à tous. «Mieux vaut disposer d'une sacrée bande de copains pleins de bonne volonté ou qui s'y connaissent un tant soit peu, prévient-il. Si vous êtes seul avec femme et enfants mieux vaut envisager autre chose.»

Source : Primarêve
Source : Primarêve

Les non bricoleurs à petit budget doivent-ils alors se tourner vers les pavillons «finis» à premier prix? Là encore, les prix affichés notamment sur Internet sont séduisants et les enseignes multiples: Premiere maison, dans le nord du pays, Ma maison pas chère, en Alsace, ou Maisons Lol en région parisienne, tous proposent des modèle à moins de 70.000 euros. Ainsi, chez Primarêve, implanté en région lyonnaise et qui se revendique «constructeur de maison low cost», le prix d'appel se situe à 59.950 euros. La société propose des offres maison + terrain à 116.625 euros, avec des mensualités de 523 euros par mois. «Nous répondons à une demande de la classe moyenne exclue de l'accession à la propriété», explique Idris Hammouche, responsable du développement de la marque. Pour toucher une clientèle de locataires insatisfaits de leur logement, la société ignore les salons immobiliers préférant se concentrer sur des animations en galerie marchande.

Mais pour obtenir ces prix serrés, le client doit faire des sacrifices: aucune modification ne peut être apportée au plan de base et la surface habitable des modèles disponibles ne varie que de 75 à 84 m². Et mieux vaut être attentif aux options chèrement facturées. Comme c'est souvent le cas avec le low cost, la facture finale correspond très rarement au prix vanté sur les publicités.

Finalement, les vraies bonnes affaires pourraient venir d'un dernier secteur encore balbutiant: les maisons en bois. Ce type de construction, préparé en usine, permet une industrialisation du processus ce qui limite le coût de revient tout en permettant un montage facile et rapide. Seul problème: les spécialistes français sont encore rares et il est difficile d'avoir du recul sur leur compétence.

LIRE AUSSI:

» Des maisons individuelles pour tous les budgets

» Maisons France Confort, n°1 des constructeurs français

SERVICE:

» Retrouvez les annonces immobilières dans votre région avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant