« Que Thibaut sente qu'on l'aime »

le , mis à jour à 06:34
0
« Que Thibaut sente qu'on l'aime »
« Que Thibaut sente qu'on l'aime »

Appuyé sur une barrière métallique, Marc Madiot observe sans broncher l'arrivée de Chris Froome. Puis il se retourne pour attendre Sébastien Reichenbach mais surtout Thibaut Pinot. 16'19'' plus tard, le Français arrive enfin. Entre-temps, le manageur de la FDJ a accepté d'évoquer la fin des ambitions de Pinot au général (33e à 19'44'') et la suite du Tour.

Qu'avez-vous pensé en voyant Thibaut Pinot échappé en début d'étape ?

MARC MADIOT. C'était plutôt encourageant.

Etait-ce une sorte de dernier pari ?

Non. Il n'y avait rien de préparé. C'était juste : vas-y comme tu le sens.

Que faire maintenant ?

Rien. Il y a juste à attendre que ça aille mieux. Les dés sont jetés de toute façon. C'était fini depuis vendredi soir (NDLR : après sa défaillance dans Aspin). Il ne faut pas rêver : ou tu es dans le rythme du truc tout de suite, ou tu n'y es pas.

Y a-t-il moyen de mettre à profit le reste du Tour pour gagner en expérience ?

Apprendre, c'est gentil, mais je préfère qu'on gagne une étape. Ou le maillot à pois.

Comment peut-il se remettre dans le bon tempo ?

C'est beaucoup là (NDLR : il montre sa tête). L'an dernier, il l'avait retrouvée toute la deuxième moitié du Tour. Il sait donc comment faire. Après, ce sont les jambes qui vont répondre ou pas.

Quand on s'interroge pour savoir s'il est taillé ou non pour le Tour...

(il coupe) Il l'est puisqu'il a fait deux fois dans les dix ! Mais on n'est pas dans le bilan. On est dans : comment on se relance ?

Lui avez-vous parlé ?

Oui, vendredi, on a parlé. Là, je ne pense pas qu'on aura besoin. C'était entre lui et moi. Ça a duré dix minutes même pas.

Quel était le but ?

Juste de parler. Mon rôle est d'apaiser les choses. Et d'apporter de la sérénité, de la confiance et, quelque part, de l'amour. Il faut que tu dises à ton coureur que tu l'aimes. Ou que tu lui fasses sentir. C'est tout ce que j'ai fait. Après, c'est lui qui a la clé en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant