Que serait Xavi sans le Barça ?

le
0
Que serait Xavi sans le Barça ?
Que serait Xavi sans le Barça ?

Désormais en pré-retraite au Qatar, Xavi Hernández est irrémédiablement lié au FC Barcelone. Un club où il a tout connu, de sa formation à son couronnement, ce qui pose une question à la réponse presque insondable : où en serait le natif de Terrassa sans le fanion blaugrana ?

Les 100 joueurs qui ont marqué le foot espagnol
Sur la route qui les conduit à la Masia, le père de Xavi Hernández prévient sa progéniture : "Ouvre bien les yeux et apprend, car cette opportunité, tu ne l'auras pas deux fois." Aussitôt dit, aussitôt fait : le Pelopo, qui ne compte alors que onze printemps, prend le conseil paternel au pied de la lettre, et apprend. "Ici, on m'a enseigné à jouer et à être une bonne personne, rappelle-t-il au Pais dans sa dernière interview avant de filer au Qatar. Je dois tout au Barça. J'y ai été si heureux. Je n'aurais jamais imaginé une telle carrière." Justement, si cet après-midi se révèle être le point de départ de son histoire d'amour idyllique avec le Barça, un refus des dirigeants du club aurait alors tout changé dans la carrière de Xavi, pour ne pas dire dans sa vie. Car loin du tiki-taka dispensé à la Masia, rares étaient les canteras espagnoles à pouvoir octroyer une place à un type de la taille de Xavi. Pour sûr, avec son mètre soixante-dix bien tassé, sa modeste pointe de vitesse, et une musculature bien cachée, le natif de Terrassa connaît un physique des plus banals qui, à la fin des nineties, n'avait pas le vent en poupe. Mais que donc serait-il devenu sans cette intégration au Barça ?

Une terrasse, du hockey et un capo


L'union entre FCB et Xavi Hernández relève d'un big love inconditionnel, franc et non négociable. Pourtant, son grand amour demeure ce fameux ballon rond qui l'obnubile tant, et qu'il rencontre bien avant de mettre un pied dans la ville de Gaudi. Le cuir, il le découvre sitôt la sortie du berceau dans sa ville natale de Terrassa. Que ce soit aux manettes du baby-foot du troquet comme au milieu de la place du village, il déambule constamment avec un ballon non loin de lui. Pourtant, loin de la popularité du football en Espagne, Terrassa se veut en capitale nationale d'un autre sport : le hockey sur gazon. Ainsi, lors de l'organisation des JO de 1992, Barcelone délocalise la compétition de hockey sur gazon à Terrassa. "Ville la plus olympique du monde", selon une légende locale, elle continue de fournir à l'Espagne la majorité des…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant