Que porter pour une exécution? La BBC parodie les femmes de Daech

le
0
    par Guy Faulconbridge et Ritvik Carvalho 
    LONDRES, 6 janvier (Reuters) - "On est à trois jours de la 
décapitation et je n'ai rien à me mettre", dit une jeune femme 
vêtue d'un hidjab noir, tandis que deux autres, explosifs à la 
taille en guise de ceinture, comparent leur tenue pour voir qui 
est la plus sexy. 
    Le premier épisode diffusé mardi de la nouvelle série 
parodique de la BBC, intitulée "Real Housewives of ISIS" ("Les 
vraies femmes au foyer de l'Etat islamique") a suscité la 
controverse sur les réseaux sociaux. Dérivée d'un format de 
téléréalité américain à succès, la série s'attache à décrire le 
sort des jeunes femmes qui ont quitté le Royaume-Uni pour 
devenir épouses de djihadistes en Syrie. Sous l'angle de 
l'humour noir. 
    "C'est mon sixième mariage - j'ai été veuve cinq fois", 
soupire une femme avant une explosion dans le lointain. Ce qui 
la conduit à ajouter : "Six fois". 
    Une autre, qui est à genoux en train de gratter le plancher, 
constate, avec son pur accent anglais : "ça, je n'avais pas à le 
faire quand j'étais à Birmingham." 
    Pour un aperçu du premier épisode :  
    https://www.youtube.com/watch?v=DOB6UDC-67w 
    Selon les chiffres de la police britanniques remontant à 
janvier 2016, 56 jeunes filles et jeunes femmes britanniques se 
sont rendues en Syrie. 
    L'EI exige des citoyennes de son califat autoproclamé en 
Syrie et en Irak une conduite conforme à sa conception rigoriste 
de l'islam mais autorise l'esclavage sexuel des femmes non 
musulmanes, selon des personnes qui se sont rendues sur place. 
    Dans le cadre de l'organisation mise en place au sein du 
"califat", les femmes doivent rester chez elles ou être 
couvertes de vêtements noirs de la tête au pied quand elles 
sortent dans la rue. Internet, musique et téléphones mobiles 
sont prohibés. 
     
    "NE PAS ETRE TIMORÉ" 
    Dans une des scènes de la série de la BBC, une femme parade, 
attachée à ses fourneaux par une longue chaîne. "Ali m'a acheté 
une nouvelle chaîne qui fait (2,50 mètres)", dit-elle. "Ainsi, 
je peux presque sortir de la maison; c'est super." 
    Ce court clip a été vu des millions de fois sur les réseaux 
sociaux. Certains s'interrogent sur la pertinence de la satire, 
d'autres au contraire estiment qu'il n'est que temps. 
    "De mauvais goût, pas drôle du tout", écrit une certaine 
Anna Butcher, qui estime que cela ne fera pas rire les victimes 
de l'EI et leurs familles. 
    "C'est fantastique", écrit au contraire Timmy Poncho sur 
Facebook en se réjouissant d'un "humour qui n'est pas 
politiquement correct". 
    "C'est courageux et drôle et, il était temps que nous nous 
moquions de ces imbéciles ! Même les musulmans vont adorer!", 
ajoute l'internaute. 
    Les auteurs de la série, Heydon Prowse et Jolyon Rubinstein, 
expliquent que leur initiative vise à contrer le recrutement sur 
internet. 
    "Dans une satire, il est important de ne pas retenir ses 
coups", déclare Heydon Prowse dans un communiqué. "Il ne faut 
pas être timoré, sinon cela porte atteinte à votre crédibilité. 
On ne peut pas s'en prendre à (l'ancien Premier ministre) David 
Cameron pendant cinq ans comme nous l'avons fait et ne pas s'en 
prendre à l'EI." 
    La BBC n'a pas souhaité faire de commentaire. Le producteur 
de l'émission, Hat Trick Productions, a envoyé la déclaration 
d'Heydon Prowse. 
    "Je soutiens et défends le droit de critiquer et de parodier 
ce genre de choses", a déclaré le journaliste Oz Katerji à la 
BBC. "Honnêtement, je pense qu'on a à peu près deux ans de 
retard." 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant