Que peut-on attendre des clubs français en Ligue Europa l'an prochain ?

le
0
Que peut-on attendre des clubs français en Ligue Europa l'an prochain ?
Que peut-on attendre des clubs français en Ligue Europa l'an prochain ?

Une finale FC Séville-Dnipro Dniepropetrovsk, cela donne des soucis de prononciation, mais cela peut aussi donner des idées aux clubs français. Comme celle qu'une victoire finale n'est pas forcément utopique à condition de jouer le coup à fond. Dès l'année prochaine ? Revue d'effectif des chances françaises.

Marseille, l'ADN européen


Depuis un quart de finale de Ligue des champions en 2012 - grâce notamment à l'invention du contrôle du cul par Brandão contre l'Inter Milan - l'Olympique de Marseille a vécu deux parcours européens frustrants : une élimination sans gloire en phase de poules de Ligue Europa 2013 derrière Fenerbahçe et Mönchengladbach, et un parcours d'anthologie en Ligue des champions 2014 puisque "fanny sous le baby" devant Arsenal, Dortmund et Naples.

Mais en dépit des fiascos de ses deux dernières campagnes, l'OM reste à ce jour l'équipe française avec le plus grand passé européen : une victoire en Ligue des champions 1993, une flopée de finales perdues (C1 1991, C3 1999 et 2004), et quelques autres parcours intéressants notamment en 2008 et 2009, quand les Marseillais ne se faisaient sortir que par les futurs vainqueurs de la C3, le Zénith St-Pétersbourg ou le Shakhtar Donetsk.

On peut donc attendre de l'OM une performance honorable, raisonnablement au-delà de la phase de poules, d'autant plus que son entraîneur, Marcelo Bielsa, a déjà brillé dans cette compétition par le passé. En 2011-2012, El Loco avait emmené l'Athletic Bilbao en finale en éliminant avec brio le PSG (en poules), Manchester United (8e de finale), Schalke 04 (1/4 de finale) ou encore le Sporting Portugal (1/2 finale) avant d'exploser en vol contre l'Atlético Madrid. Une raison de plus de croire en Marseille la saison prochaine, car si Bielsa reste, il ne voudra probablement pas dénigrer la Coupe d'Europe...

Saint-Étienne, être stable et repenser aux 70's


Si l'AS Saint-Étienne reste sur deux campagnes européennes ratées, les Verts ont quand même affiché de sérieux progrès sur les deux dernières saisons. Incapables de passer l'obstacle Esjberg en 2013 alors que la victoire au Danemark à l'aller leur tendait les bras, les hommes de Christophe Galtier se sont offerts le luxe d'un scénario dramatique à domicile contre Karabukspor - victoire aux penalties devant 27 000 personnes - cette saison. Une manière comme une autre de se remettre dans l'esprit des compétitions européennes même si l'ASSE n'a pas converti l'essai en phase de poules.

Il faut dire que les Verts étaient en panne offensive - seulement deux buts en six matchs - et sont tombés dans le groupe de l'Inter Milan et surtout de Dnipro Dniepropetrovsk,…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant