Que penser du rebond du dollar face à l'euro ?

le
2

Le dollar se raffermit face à l'euro depuis trois semaines environ, entraîné par une évolution des anticipations des investisseurs vis-à-vis de la prochaine hausse des taux de la Fed.
Le dollar se raffermit face à l'euro depuis trois semaines environ, entraîné par une évolution des anticipations des investisseurs vis-à-vis de la prochaine hausse des taux de la Fed.

Le 3 mai dernier, l’euro revenait à son plus haut niveau depuis plus d’un an, à 1.16 USD pour 1 EUR. Mais depuis cette date, c’est le mouvement inverse qui s’observe : le dollar retrouve de la vigueur et la parité est ainsi revenue à 1.12 USD pour 1 EUR. Changement de tendance durable ?

Depuis la semaine dernière, l’éventualité d’une hausse des taux de la Fed en juin ou juillet semble de nouveau relativement probable dans l’esprit des investisseurs. En cause : la publication d’un compte-rendu du FOMC mercredi soir (organe de la Fed en charge de la politique monétaire), considéré comme favorable à une prochaine hausse des taux directeurs de la Fed. Des commentaires allant dans le même sens avaient déjà été émis dans les jours précédents par certains membres du FOMC.

La probabilité d’une hausse des taux en juin augmente

« La Fed, même si elle ne souhaitait pas prendre les marchés à contre-pied, a en effet laissé entendre (…) qu’une hausse de taux pourrait intervenir à court terme » explique Nicolas Chéron, analyste chez CMC Markets.

La probabilité d’une hausse des taux de la Fed en juin est remontée proche des 40%, contre 8% il y a seulement 10 jours, d’après les chiffres obtenus à partir des "futures" sur les Fed Funds, mentionne l’analyste.

Les deux prochaines dates auxquelles la Fed pourrait prendre une décision sur ses taux directeurs sont le 15 juin puis le 27 juillet.

La banque centrale américaine pourrait s’abstenir de toute décision avant le référendum sur le « Brexit » (23 juin). Toutefois, après cette date-clé passée, la banque centrale américaine n’aurait plus de raison de maintenir ses taux à des niveaux aussi faibles qu’actuellement, à savoir entre 0,25% et 0,50% depuis décembre 2015 pour son principal taux directeur. Une hausse en juillet serait alors tout à fait envisageable.

Le dollar retrouve des couleurs, jusqu’où ?

Cette perspective change les anticipations des investisseurs et contribue à un raffermissement du dollar face aux autres monnaies sur le marché des changes.

Ce mouvement d’appréciation du dollar s’observe depuis le 4 mai. La parité, qui avait dépassé en séance 1.16 USD pour 1 EUR le 3 mai, était de retour à 1.12 USD pour 1 EUR lundi 23 mai. Le dollar s’est ainsi raffermi d’un peu plus de 3% en moins de trois semaines.

L’anticipation d’une hausse des taux de la Fed rend en effet la monnaie américaine théoriquement plus attractive et fait grimper sa valeur sur le marché des changes.

Pour Nicolas Chéron, ce mouvement de raffermissement du dollar pourrait néanmoins n’être que passager, au lieu de s’accentuer au cours des prochains mois :

« La paire EUR/USD n’évolue plus à la baisse depuis un an déjà et ce alors que Mario Draghi a augmenté le programme de soutien européen de 60 à 80 milliards par mois, ce qui était censé faire pression sur l’euro et qui n’a pas du tout eu cet effet » remarque l’analyste, qui ne croit donc pas à la poursuite de l’effritement de la monnaie européenne face au dollar.

Pour l’analyste, il reste très improbable que la Fed ose monter ses taux directeurs dans seulement trois semaines. Cette crainte, qui pousse le dollar à la hausse, pourrait donc prochainement se calmer.

« Du fait de la tendance de moyen terme matérialisée par un canal haussier [sur l’euro depuis décembre 2015], il se pourrait que des velléités haussières [sur l’euro] refassent surface à l’approche de supports clés » affirme l’analyste. Un support majeur se trouverait aux alentours de 1.11 USD pour 1 EUR à court terme, correspondant à la borne basse du canal haussier qui encadre la parité euro-dollar depuis la fin de l’année dernière :

Evolution de la parité euro-dollar. Depuis décembre 2015, l'euro a tendance à regagner du terrain f
Evolution de la parité euro-dollar. Depuis décembre 2015, l'euro a tendance à regagner du terrain face au dollar, malgré le mouvement inverse observé depuis le début du mois de mai. Graphique : Boursorama.

L’or perd du terrain à cause du dollar fort

Une chose est sûre à l’heure actuelle : le récent raffermissement du dollar a stoppé net le mouvement de hausse sur les cours de l’or.

Le cours du métal jaune, coté en dollars/once, dépend partiellement des variations du dollar. En tendance, plus le dollar faiblit, plus l’or monte, et inversement : plus le dollar monte, plus les cours de l’or en pâtissent.

Le métal jaune, qui caracolait en tête des meilleurs placements en début d’année, connaît ainsi un mouvement de repli depuis le début du mois de mai. L’or a buté sur la barre des 1.300 dollars/once, exactement au même niveau qu’en janvier 2015. Depuis cette date, il a reperdu 4%, à 1.247 dollars/once.

Si le mouvement d’appréciation du dollar venait à s’inverser, l’or pourrait de nouveau retrouver le chemin de la hausse.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernerd il y a 7 mois

    Tout çà pour 0,01 ct de qui ce moque t'on ? L'Or reste d'autant plus attractif que les billets sont et restent du P.Q. L'avenir économique est toujours aussi sombre sur la planète. Les paradis fiscaux s'écroulent avec la perspective de la mise en place de la monétique qui permettra aux états pour soutenir les banques de créé de la masse monétaire à profusion. (80 milliards par mois et c'est toujours pas assez.)

  • jmlhomme il y a 7 mois

    Pour un économiste faire valoir que quand le dollar monte l'or et les matieres premieres baissent (en dollar) releve de l'innovence.