Que nous cachent les crèmes solaires ?

le
0
Que nous cachent les crèmes solaires ?
Que nous cachent les crèmes solaires ?

Depuis samedi et jusqu'au 28 juin, la ligue contre le cancer organise la 4ème édition de la semaine de la protection solaire. L'occasion de rappeler que chaque année, 80 000 nouveaux cas de cancer de la peau sont diagnostiqués. En 30 ans, le risque de développer ce cancer a été multiplié par trois.

Entre les filtres chimiques qui détruisent le corail et la surcharge d'emballages qui pollue la planète, il semblerait que la crème solaire, bien qu’essentielle (à condition de l'appliquer correctement et régulièrement) ne soit pas sans danger. On l'accuse par exemple de perturber l'écosystème marin et la muqueuse corallienne.

Substances inquiétantes

Toutes les crèmes solaires n'ont pas exactement la même composition mais elles comportent généralement des filtres UV, une huile, des conservateurs, des agents stabilisateurs, des vitamines, des épaississants, des agents hydratants...

Sans grande surprise et comme dans tous les cosmétiques, la plupart des crèmes solaires contiennent des produits chimiques potentiellement nocifs. En effet, les filtres de synthèse ou d'autres additifs comme les conservateurs, parfums ou épaississants sont suspectés d'être des perturbateurs endocriniens présentant d'importants risques sanitaires.

Des nanoparticules nocives pour l’écosystème marin

Pour réussir à obtenir une crème solaire fluide et facile à appliquer, les marques de cosmétiques utilisent des filtres UV chimiques sous forme de nanoparticules. Outre le danger potentiel pour la santé, les nanoparticules constituent un danger pour l’environnement et notamment pour les organismes aquatiques. En effet, les nanoparticules sont évacuées par les eaux usées ou sont conduites directement dans l'océan lors des baignades.

L’université de Wageningen a démontré que le comportement alimentaire et la reproduction des moules et des poissons étaient perturbés par ces nanoparticules : certains ont donné naissance à des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant