«Que le gouvernement  nous fasse confiance»

le
0
INTERVIEW - Pour doper l'investissement et les créations d'emplois, Pierre Gattaz, président du GFI, veut une baisse des charges, plus de flexibilité et une réduction des dépenses publiques. Il s'insurge contre la stigmatisation des patrons.

Le président du Groupement des ­fédérations industrielles (GFI) qui représente environ 80 % de ­l'industrie française. Il juge ­sévèrement les premiers pas du gouvernement, appelle à un choc de compétitivité et une baisse des dépenses ­publiques.

LE FIGARO.- Comment jugez-vous les premiers mois du gouvernement?

Pierre GATTAZ.- Je suis inquiet. La conjoncture en Europe n'est pas bonne et l'Asie ralentit. C'est une période extrêmement difficile. À cela s'ajoute une pression fiscale sans précédent. Le gouvernement va alourdir de 10 milliards la fiscalité de l'entreprise. Il prend des mesures fiscales visant les chefs d'entreprise, les cadres, les salariés, les transmissions et le patrimoine. Trop c'est trop! Nous sommes prêts à contribuer à certains efforts. Mais en contrepartie, on fait trop peu pour réduire les dépenses publiques, ce qui est pourtant le grand problème de la France. Ce déséquilibre est très démotivant.

Le gouvernement a pourtant annonc...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant