Que faut-il craindre de cette équipe d'Irlande ?

le
0
Que faut-il craindre de cette équipe d'Irlande ?
Que faut-il craindre de cette équipe d'Irlande ?

Si elle veut s'offrir une place dans le top 8 européen, la France devra passer sur le corps de l'Irlande. A priori jouable, mais loin d'être gagné d'avance. Tour d'horizon de ce qu'il faut craindre de la Green Army.

→ Ses supporters


Ce n'est pas une nouveauté, la Green Army compte parmi ce qui se fait de mieux à l'échelle européenne et mondiale. Contre l'Italie, même si la Squadra Azzurra n'avait plus d'enjeu, elle a fait du stade Pierre-Mauroy sa chose. Et c'est dans une enceinte acquise à sa cause – pour reprendre les termes d'Antonio Conte en conférence de presse après Italie-Irlande – que l'équipe de Martin O'Neill est allée arracher sa qualification. Le public français présent à Lyon va devoir être très costaud pour que ce huitième de finale ne se transforme pas en match à l'extérieur.

→ Son intensité physique


L'équipe d'Irlande n'a pas les plus grands techniciens du continent et inutile de s'attendre à un milieu de terrain qui met le pied sur le ballon et fait courir l'équipe de France. À l'image de ce qu'elle a produit contre l'Italie, la bande à Shane Long va s'appuyer sur ce qu'elle fait de mieux : l'intensité, l'effort et une pression constante sur le bloc adverse. " Ils ont joué beaucoup de seconds ballons, ils ont mis beaucoup d'engagement, d'ardeur et d'envie ", estimait Conte après le troisième match de poules. Même s'il admettait aussi que l'état déplorable de la pelouse avait sûrement aidé le jeu irlandais. La charnière Koscielny-Rami devra répondre présente dans l'impact physique, et aura besoin de latéraux au top pour éviter que les centres dans la boîte ne se multiplient. Et attention donc aux coups de pied arrêtés, sur lesquels les Irlandais auraient pu marquer contre l'Italie sans une grosse parade de Salvatore Sirigu.

→ Son mental à toute épreuve


Wes Hoolahan a manqué la balle de match à la 82e. Deux minutes plus tard, il déposait un amour de ballon sur la tête de Robbie Brady pour forcer le destin de son équipe. Une marque de caractère qui transpire dans tout le onze vert comme l'expliquait le buteur après la rencontre. " On a vu notre esprit d'équipe, le sens du sacrifice, et puis on a eu un brin de réussite. " Une…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant