Que faire des valeurs pétrolières après l'Opep ?

le , mis à jour le
0
Au premier semestre, l'Opep et la Russie ont largement respecté l'accord signé en novembre 2016. (© BP)
Au premier semestre, l'Opep et la Russie ont largement respecté l'accord signé en novembre 2016. (© BP)

Dans un contexte de forte augmentation de la production américaine, la réunion de l'Opep du 25 mai était très attendue. Ces dernières semaines, le cours du pétrole (Brent) s'est en effet sensiblement replié, navigant plus près des 50 dollars que des 55 dollars du début d'année.

En cause, la réactivité des pétroliers de schiste américains : sur les deux premiers mois de 2017, la production a bondi de 250.000 barils par jour Outre-Atlantique.

Dans ces conditions, il semblait inévitable que l'Opep reconduise son accord de limitation de la production appliqué depuis le 1er janvier. Plusieurs membres du cartel s'étaient d'ailleurs largement exprimés ces derniers jours, laissant entendre qu'une reconduction pour neuf mois était quasiment acquise.

Et, en effet, l'Organisation a prolongé l'application des conditions décidées fin 2016 jusqu'en mars 2018. En novembre dernier, l'Opep et certains producteurs non membres du cartel (Russie notamment) s'étaient engagés à couper dans leur production pour un total de 1,8 million de barils par jour.

Entre 50 et 60 dollars

L'annonce de cette prolongation, largement anticipée, a malgré tout déçu certains observateurs qui espéraient de nouvelles baisses de production. Le 25 mai, le cours du Brent a accusé le coup, chutant de près de 5% en quelques heures, à 51,50 dollars.

Cet évènement ne modifie pas notre analyse du

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant