Quatre tableaux volés retrouvés en bon état à Ajaccio

le
0

AJACCIO (Reuters) - Quatre tableaux volés au musée Fesch d'Ajaccio l'an dernier et estimés à une dizaine de millions d'euros, ont été retrouvés vendredi en bon état, a annoncé samedi le procureur d'Ajaccio.

La Pentecôte de Mariotto di Nardo, une Vierge à l'enfant de Giovanni Bellini, la Vierge à l'enfant dans une gloire de séraphins (peintre anonyme) et Midas à la source du fleuve Pactole de Nicolas Poussin ont été retrouvés dans un parking.

"La juge Charlotte Dauriac a reçu un coup de téléphone anonyme vendredi vers 19h00, précisant qu'ils se trouvaient sur un parking à l'entrée de la ville", a dit le procureur, Thomas Pison.

"Les toiles étaient posées à même le sol et l'une d'entre elles était dans un sac poubelle. Elles sont aujourd'hui en bon état et en cours d'analyse", a-t-il ajouté.

Les oeuvres seront restituées lundi au musée des Beaux-arts.

"Je n'avais aucun doute qu'ils seraient retrouvés. Ils étaient vraisemblablement en Corse mais je ne pensais pas que ce serait aussi rapide", a dit Philippe Costamagna, conservateur du palais Fesch, qui estime la valeur des tableaux à au moins 10 millions d'euros.

Selon un policier, "il reste encore beaucoup de zones d'ombres à élucider" dans cette affaire.

Le 19 février 2011, date de la disparition des tableaux, un gardien de nuit du musée, Antoine Mocellini, s'était accusé du vol, expliquant qu'il voulait faire pression sur la mairie pour obtenir un logement social.

Il avait dit aux policiers avoir laissé les tableaux dans sa voiture, sur une route menant au château de la Punta, surplombant le golfe d'Ajaccio. Les enquêteurs n'avaient découvert qu'une vitre brisée et aucune trace des tableaux.

Le gardien avait été mis en examen et écroué pour vol et tentative en bande organisée. Malgré d'intenses recherches, aucune piste ne s'était révélée probante jusqu'en octobre 2011.

Le 18 octobre 2011, onze personnes, dont un ancien conseiller général, ont été interpellées à Ajaccio.

L'une d'entre elles, Christian Andarelli, un cafetier, a été mise en examen et écrouée. Les fadettes téléphoniques ont montré que le gardien l'avait appelé plusieurs fois le matin des faits.

"Il s'agit du voleur et de son complice", a dit le procureur, sans pouvoir préciser s'il y avait un commanditaire à ce vol.

Roger Nicoli, édité par Jean-Baptiste Vey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant