Quatre personnes, dont deux gendarmes, tuées en Tunisie

le
0
Quatre personnes, dont deux gendarmes, tuées en Tunisie
Quatre personnes, dont deux gendarmes, tuées en Tunisie

L'embuscade s'est déroulée dans la région de Jendouba, à l'ouest de la Tunisie. Quatre personnes, dont deux gendarmes, ont été abattus dans la nuit de samedi à dimanche, près du site archéologique de Bulla Régia, comme l'a confirmé ce jour le ministre de l'Intérieur. Les deux agents tués faisaient partie de la Garde nationale.

Ils avaient été appelés dans ce secteur, à quelque 40 kilomètres de la frontière algérienne, où un groupe d'hommes bloquaient une route. Dès leur arrivée sur place, les gendarmes ont essuyé des tirs provenant vraisemblablement de ce groupe qui avait, peu avant, arrêté un véhicule sur la route et tué les deux occupants, un gardien de prison et un civil.

Des «opérations de sécurité» sont en cours, annonçait dimanche le ministère de l'Intérieur.

2013, année sombre pour le pays

L'année dernière a été noire pour la Tunisie, entre assassinats politiques et montée du terrorisme. Le pays a notamment connu une montée des violences attribuées aux groupes jihadistes depuis la révolution de janvier 2011. La mouvance Ansar Asharia est soupçonnée par les autorités d'avoir perpétré l'année dernière les assassinats de deux opposants, le député d'opposition Mohamed Brahmi et l'avocat et militant de gauche Chokri Belaïd. Ces meurtres avaient engendré une profonde crise institutionnelle.

Courant février, les autorités tunisiennes ont revendiqué des victoires contre Ansar Asharia, annonçant une série de morts et d'arrestations de «terroristes», dont certains suspectés d'être impliqués dans ces deux assassinats. Un vingtaine de militaires, de gendarmes et de policiers ont été tués en 2013 en Tunisie dans des affrontements avec des groupes armés qui, selon Tunis, sont liés à Al-Qaïda. Aucune attaque n'a cependant été revendiquée. 

Nouveau gouvernement et nouvelle Constitution

Le pays de 11 millions d'habitants se remet toutefois de plusieurs mois de blocage, avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant