Quatre offres pour l'aéroport de Lyon, trois pour celui de Nice

le
12
QUATRE OFFRES POUR L'AÉROPORT DE LYON ET TROIS POUR L'AÉROPORT DE NICE
QUATRE OFFRES POUR L'AÉROPORT DE LYON ET TROIS POUR L'AÉROPORT DE NICE

par Matthieu Protard et Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Au moins quatre offres indicatives ont été déposées pour la privatisation de l'aéroport de Lyon et au moins trois autres l'ont été pour l'aéroport de Nice, ont indiqué jeudi à Reuters des sources proches du dossier.

Selon ces sources, le consortium composé de la société d'investissement Meridiam et du groupe espagnol Ferrovial et celui emmené par Vinci allié à l'assureur Predica et à la Caisse des dépôts ont déposé des offres pour la privatisation des aéroports de Nice et de Lyon.

La société d'investissement Ardian a aussi déposé des offres pour les deux aéroports régionaux, a-t-on appris. Elle serait associée au fonds Siparex et à des caisses régionales des Caisses d'épargne pour Lyon.

Le gouvernement français a lancé en mars dernier le processus de privatisation de Lyon-Saint Exupéry et Nice-Côte d'Azur en mettant en vente les participations de 60% que l'Etat détient dans chacun des deux aéroports régionaux.

Les candidats, groupes industriels et fonds d'investissement, avaient jusqu'à jeudi midi pour déposer leurs offres indicatives auprès de l'Agence des participations de l'Etat (APE) qui pilote les deux appels d'offres.

Le fonds d'investissement Cube Infrastructure, associé à l'aéroport de Genève, a aussi déposé une offre pour l'aéroport de Lyon, a dit à Reuters une autre source proche du dossier.

Une porte-parole du cabinet du ministre de l'Economie Emmanuel Macron n'a pas souhaité s'exprimer sur les candidats ayant déposé une offre, indiquant aussi qu'aucune communication n'était prévue par Bercy à ce stade des appels d'offres.

En revanche, personne n'était joignable dans l'immédiat à l'APE pour commenter.

Des offres sont aussi attendues de l'australien Macquarie, de Changi Airports, le gestionnaire de l'aéroport de Singapour et des fonds de pension canadiens Canadia Pension Plan Investment Board (CPPIB) et Ontario Teachers’ Pension Plan.

Selon des sources, l'assureur allemand Allianz, allié au fonds Global Infrastructure Partners, devrait soumettre une offre pour le seul aéroport de Nice, tout comme le tandem composé de l'italien Atlantia et d'EDF Invest.

Le groupe ADP, qui n'était pas candidat pour Lyon, a quant à lui renoncé tout début mai à déposer une offre pour l'aéroport de Nice.

Si leurs offres indicatives sont retenues par le gouvernement, les candidats pourront ensuite participer au second tour d'enchères pour soumettre une offre ferme avant la date-butoir du 4 juillet.

Les privatisations des aéroports de Nice et de Lyon pourraient rapporter jusqu'à 1,5 milliard d'euros à l'Etat qui s'est déjà désengagé en 2014 de l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

Le mois dernier, suite à un retard dans la privatisation de l'aéroport de Nice, le gouvernement a décidé d'unifier les calendriers des deux aéroports, qui devaient initialement être distincts.

(Avec Catherine Lagrange à Lyon, édité par Jean-Michel Belot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs le jeudi 12 mai 2016 à 17:45

    Et dire que tous ces milliards vont être dilapidés en un clin d'œil.

  • M7097610 le jeudi 12 mai 2016 à 17:44

    pour payer les hauts fonctionnaires, on solde à tout va

  • JUFRABRE le jeudi 12 mai 2016 à 16:28

    La raie publique est en danger....!!

  • jmlhomme le jeudi 12 mai 2016 à 15:23

    Pour STRICO : et pourquoi le contribuable serait trop bete pour le faire fructifier? Décreter qu'il y gagne c'est facile. Le prouver est tout autre. Et pourquoi n'aurait il pas le choix de vendre ou non sa part puisqu'elle lui appartient. Et pourquoi pas la Garde Républicaine qui lui appartient tout autant et qui n'a de mission que de parader à grand frais. Vendons les "Choses Publiques" en les donnant en "actions" au Citoyen. Voilà un vrai contrat social.

  • jmlhomme le jeudi 12 mai 2016 à 15:14

    La Republique ( Res Publica ...... chose publique) en France est Faire payer et travailler les pauvres pour la chose publique et faire rentrer les sous pour les gouvernants..... Le plus drole, c'est que les offres viennent de la Caisse des depots ( c'est quoi sinon l'ETAT ) ou EDF invest ( C'est quoi sinon l'ETAT à 85% au moins ) .... ET POURQUOI NE PAS EXIGER DE METTRE EN BOURSE L OPERATION POUR QUE CHAQUE CITOYEN PUISSE GARDER OU VENDRE SA PART ? Puisque cela nous appartient déjà.

  • M5441845 le jeudi 12 mai 2016 à 15:13

    Si l'état avait vendu les actions EDF quand l'action cotait 80 Euros, on aurait accusé Sarkozy de brader les bijoux de familles et de faire des cadeaux au riches. C'est ce qu' on le lui a dit pour la vente d'une toute petite partie du capital. L'action vaut maintenant 11 Euros. L'état a juste perdu 150 milliards avec son bijoux de famille.

  • kram123 le jeudi 12 mai 2016 à 15:05

    vendre un truc qui rapporte 11.5 millions en 2012 alors que la france est endetté faut vraiment...et le pire c'est qu'on ne pourra pas avoir de part comme les aeroports de paris.....scandaleux, on l'a payé avec nos impots et on peux meme pas le racheter

  • M2061328 le jeudi 12 mai 2016 à 14:57

    Ouais ouais mais qui a cédé au privé, et dans quelles conditions, les autoroutes aussi payées par le contribuable ?

  • stricot le jeudi 12 mai 2016 à 14:56

    @waggis: c'est en quelque sorte du win-win: l'Etat se montre incapable de gerer de telles structures (et au final ce n'est pas son role), y perd beaucoup d'argent, alors que des acteurs du secteur ont la capacite de le faire efficacement et de rendre ces complexes rentables. JE doute fort que le contribuable y perde bien au contraire.

  • pepitobo le jeudi 12 mai 2016 à 14:50

    des installations payées par le contribuable et cedées a des capitaux privés par les socialistes....!elle est pas belle cette république???