Quatre morts dans une fusillade au Canada

le , mis à jour à 06:06
0
 (Actualisé avec précisions sur les coups de feu) 
    WINNIPEG, Canada, 23 janvier (Reuters) - Le jeune homme 
soupçonné d'avoir abattu vendredi quatre personnes à La Loche, 
dans la province de Saskatchewan au Canada, a d'abord tiré sur 
ses deux frères chez lui avant d'ouvrir le feu dans le lycée de 
la ville, ont déclaré un ami de la famille du suspect et le 
maire de cette commune rurale et peuplée majoritairement 
d'Amérindiens. 
    Un suspect interpellé à l'extérieur de l'établissement 
scolaire a été placé en détention et une arme a été saisie, a 
dit la police, qui n'a pas précisé le nombre exact de blessés ni 
les circonstances du drame. Elle s'est contentée de dire que la 
fusillade s'était déroulée dans le lycée et dans un autre 
endroit de cette localité d'environ 3.000 habitants. Elle n'a 
pas avancé de mobile possible et n'a pas fourni l'identité du 
suspect ni des victimes. 
    D'après un ami de sa famille, le suspect a tiré sur ses deux 
plus jeunes frères avant de se rendre au lycée et d'ouvrir le 
feu sur une enseignante et une assistante. 
    "Après avoir tiré sur ses deux frères, il est revenu à pied 
à l'école et il a tiré (...) sur une enseignante et une fille. 
Elles sont toutes les deux mortes. Quatre sont morts", a dit cet 
ami, Joe Lemaigre. 
    Le maire de la ville, Kevin Janvier, a déclaré à Associated 
Press que sa fille de 23 ans, Marie, enseignante, avait été 
tuée. 
    Il a dit avoir été informé par la police que le suspect 
avait d'abord tiré sur deux de ses proches à son domicile avant 
de se rendre au lycée. 
    Présent à Davos en Suisse pour le Forum économique mondial, 
le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré qu'une 
fusillade dans un établissement scolaire était "évidemment le 
pire cauchemar pour des parents". 
    Bobby Cameron, chef de la Fédération des nations indiennes 
de la Saskatchewan, a rapporté que des élèves blessés se 
trouvaient vendredi soir dans des services de chirurgie à 
Saskatoon, la plus grande ville de la province. 
    Les fusillades de ce type sont rares au Canada, où la 
législation sur les armes à feu est plus stricte qu'aux 
Etats-Unis, plus fréquemment touchés par ce genre d'événements. 
La plus grave au Canada est survenue en 1989 avec la mort de 14 
étudiants à l'Ecole polytechnique de Montréal. 
    La Saskatchewan est la province canadienne où les violences 
domestiques sont les plus élevées, avec en 2014 un taux deux 
fois supérieur à la moyenne nationale de 243 incidents signalés 
à la police pour 100.000 habitants, selon des statistiques 
officielles publiées jeudi. 
    Le taux de chômage y dépasse les 20% mais trois quarts de la 
population en âge de travailler sont considérés soit à la 
retraite soit en situation de non-recherche d'emploi, selon des 
données officielles datant de 2011. 
 
 (Rod Nickel, avec Julie Gordon à Vancouver, Susan Taylor et 
Jeffrey Hodgson à Toronto, Martinne Geller à Davos; Guy Kerivel 
et Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant