Quatre militantes anti-expropriation condamnées au Cambodge

le
1
    PHNOM PENH, 19 septembre (Reuters) - Quatre militantes 
luttant contre l'expropriation foncière ont été condamnées lundi 
au Cambodge à six mois de prison pour insulte et obstruction à 
des agents publics lors d'une manifestation il y a cinq ans. 
    Les quatre femmes ont crié "Injustice" à l'annonce de leur 
condamnation par un tribunal de Phnom Penh. Une cinquantaine de 
manifestants s'étaient également rassemblés devant la cour, 
gardée par plusieurs centaines de policiers.  
    L'une des militantes condamnées, Tep Vanny, est déjà en 
détention provisoire depuis un mois en raison de sa 
participation à une manifestation en 2013 devant le domicile du 
Premier ministre Hun Sen. Les trois autres ont été laissées 
libres. Deux ont déjà annoncé qu'elles feraient appel.  
    Les saisies de terres sont une source de mécontentement 
majeure au Cambodge et dans d'autres pays voisins comme le Laos. 
    L'année dernière a été la plus meurtrière pour les militants 
anti-expropriation dans le monde, selon un rapport de Global 
Witness publié en juin dernier.  
    Cette ONG basée à Londres a dénombré 185 meurtres dans 16 
pays, soit plus de trois meurtres en moyenne par semaine, de 
militants en lutte contre des sociétés agroalimentaires, 
minières, forestières ou des barrages hydroélectriques.  
     
 
 (Rédaction de Phnom Penh; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 3 mois

    Vous ne trouvez pas que cette population a déjà suffisamment souffert. Cela ne finira donc jamais ?