Quatre membres de l'EI décapités par des miliciens en Afghanistan

le
1
    JALALABAD, Afghanistan/KABOUL, 27 décembre (Reuters) - Des 
miliciens tribaux afghans ont décapité quatre combattants 
affiliés à l'Etat islamique et exposé leurs têtes au bord d'une 
route dans l'est de l'Afghanistan, apprend-on dimanche auprès de 
responsables locaux.  
    Ces exécutions se sont produites dans le district d'Achin, 
qui appartient à la province de Nangarhar, où les violences 
entre les combattants affiliés à l'organisation djihadiste 
sunnite, les milices tribales et les taliban s'étendent.  
    Plusieurs dizaines de membres d'une milice locale loyale à 
Haji Zahir, vice-président du parlement afghan, combattent ainsi 
depuis des semaines à la fois les taliban et les membres de l'EI 
dans le district d'Achin.  
    Selon Haji Zahir, ce sont d'abord des combattants affiliés à 
l'EI qui ont capturé et décapité quatre membres de sa milice, 
baptisée Pasoon ("soulèvement"). Les miliciens ont alors agi en 
représailles. "Croyez-vous que s'ils nous décapitent, on va leur 
offrir des bonbons ?" a déclaré Haji Zahir à des journalistes.  
    Ataullah Khoqani, porte-parole du gouverneur de la province, 
a indiqué que les forces gouvernementales n'étaient pas 
impliquées dans ces exécutions, qui font l'objet d'une enquête. 
    Le général américain John Campbell, qui commande les forces 
internationales en Afghanistan, a estimé la semaine dernière à 
entre 1.000 et 3.000 le nombre de combattants de l'Etat 
islamique en Afghanistan, dans les provinces de Nangarhar et de 
Kunar.   
    Les taliban ont pour leur part démenti tout contact avec la 
Russie à propos de l'Etat islamique, alors que l'agence Interfax 
a rapporté mercredi les propos d'un haut responsable russe selon 
lesquels les intérêts russes en Afghanistan "coïncident 
objectivement" avec ceux des taliban dans leur lutte contre les 
djihadistes sunnites. Ce haut responsable, Zamir Kaboulov, 
envoyé spécial de Vladimir Poutine en Afghanistan, a également 
déclaré que des canaux de communication avaient été ouverts avec 
les taliban pour échanger des informations.  
    Le Sunday Times cite quant à lui un "haut commandant 
taliban" selon qui le mollah Akhtar Mansour, chef des taliban, a 
rencontré en septembre le président russe Vladimir Poutine sur 
une base militaire au Tadjikistan. Le Kremlin a démenti.  
    Dans un communiqué, les taliban ont dit être en contact avec 
tous les pays de la région pour mettre un terme à l'invasion 
américaine du pays. "Mais nous ne voyons pas la nécessité de 
recevoir une aide de quiconque à propos du soi-disant Daech et 
nous n'avons contacté ni parlé avec personne de cette question." 
    Daech est l'acronyme arabe de l'Etat islamique en Irak et au 
Levant, rebaptisé Etat islamique.  
     
 
 (Rafiq Sherzad, Hamid Shalizi, James Mackenzie; Jean-Stéphane 
Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 11 mois

    On nous parle de "Progrès" mais l'homme finit toujours par retrouver ses fondamentaux.