Quatre islamistes tués par les forces spéciales tunisiennes

le
0
 (actualisé avec projet allemand 7e paragraphe) 
    TUNIS, 1er mars (Reuters) - Les forces spéciales tunisiennes 
ont tué quatre islamistes armés lors d'affrontements lundi soir 
près de la frontière algérienne, annonce mardi le ministère de 
l'Intérieur. 
    Dans un communiqué, le ministère précise que ces violences 
se sont produites dans la région d'Aïn Jafal. 
    Cinq ans après la "révolution de jasmin", la Tunisie est 
régulièrement le théâtre d'attaques islamistes contre des postes 
militaires. Elle est aussi une cible des djihadistes de 
l'organisation Etat islamique (EI). 
    Le groupe a revendiqué deux attentats spectaculaires, en 
mars dernier contre le musée national du Bardo, à Tunis (21 
morts), et en juin contre un hôtel de la station balnéaire de 
Sousse où 38 étrangers, dont 30 touristes britanniques, ont été 
tués. L'EI s'est également attribué la responsabilité de 
l'attentat suicide qui a tué douze soldats de la garde 
présidentielle en novembre à Tunis. 
    Les auteurs des attaques du Bardo et de Sousse étaient 
passés par des camps d'entraînement en Libye voisine, où l'EI 
exploite le chaos politique pour se développer. 
    Face à cette menace d'infiltrations, le gouvernement 
britannique a annoncé l'envoi d'une vingtaine d'instructeurs 
militaires en Tunisie. "Une équipe de formation d'une vingtaine 
de membres de la 4e Brigade d'infanterie est en cours de 
transfert vers la Tunisie pour l'aider à contrer les 
infiltrations frontalières clandestines en provenance de Libye", 
a déclaré le ministre de la Défense, Michael Fallon, lundi 
devant le Parlement. 
    Le ministre s'est dit "extrêmement préoccupé par la 
prolifération de Daech le long de la côte libyenne". 
    La Tunisie a par ailleurs approuvé mardi un plan visant à 
autoriser l'armée allemande à entraîner des soldats libyens sur 
le sol tunisien afin qu'ils aillent ensuite combattre l'EI en 
Libye. 
    "Nous avons été sollicités par l'Allemagne et nous sommes 
d'accord sur le principe", a déclaré le ministre tunisen de la 
Défense, Farhat Horchani, à l'agence de presse TAP. 
    "Nous pouvons aider le gouvernement d'union nationale libyen 
à étendre son autorité, à former son armée et nous sommes prêts 
à le soutenir sur le plan international", a-t-il ajouté. 
    Il n'a donné aucun détail sur la nature de l'entraînement ou 
quand il pourrait être dispensé, mais il a ajouté que les forces 
tunisiennes y prendraient part. 
 
 (Tarek Amara avec Michael Holden à Londres; Henri-Pierre André 
et Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant