Quatre héros de la Résistance ont fait leur entrée au Panthéon

le , mis à jour à 07:53
0
Quatre héros de la Résistance ont fait leur entrée au Panthéon
Quatre héros de la Résistance ont fait leur entrée au Panthéon

Quatre héros de la Résistance ont fait ce mercredi leur entrée au Panthéon : Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Germaine Tillion et Jean Zay.

C'est au son de la «Complainte du partisan» interprété par le chœur de l'armée française que les quatre cercueils portés par des gardes républicains sont arrivés sur le parvis, à 17h20 précises, en provenance de la Sorbonne voisine, où ils avaient été accueillis la veille pour une veillée publique. Dans leur sillage, un cortège de 144 proches, résistants, lycéens, étudiants...

Quelques instant plus tard, François Hollande a prononcé un long discours pour célébrer ces quatre personnalités qui «ont porté haut les valeurs de la République». Le chef de l'Etat s'est attaché à raviver le souvenir de ces résistants et à exalter ainsi les valeurs républicaines.

Une allocation ponctuée par la Marseillaise et l'ouverture des portes du Panthéon, dans lesquels les cercueils ont fait leur entrée au son du «Chant des partisans».

VIDEO. «Panthéonisation» de quatre résistants : une cérémonie soigneusement préparée

Des symboles de la fraternité, l'égalité, la liberté et la laïcité

A l'exception de Georges Pompidou et Valéry Giscard d'Estaing, tous les prédécesseurs de François Hollande sous la Ve République ont usé de cette prérogative présidentielle : choisir et accompagner de grandes figures républicaines sous l'immense coupole, au cœur du Quartier Latin. Annonçant le 21 février 2014 dernier le choix de «ses» quatre «panthéonisés», l'actuel président avait souligné que l'ethnologue Germaine Tillion représentait à ses yeux «l'égalité entre les hommes et les femmes, entre les cultures, entre les peuples». Geneviève De Gaulle-Anthonioz, fondatrice d'ATD Quart-Monde et nièce du Général de Gaulle, «c'est la fraternité» avec «les plus pauvres, les oubliés, les exclus, les relégués», poursuivait-il. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant