Quatre de prison requis contre le fondateur de PIP

le
0
QUATRE DE PRISON REQUIS CONTRE LE FONDATEUR DE PIP JEAN-CLAUDE MAS
QUATRE DE PRISON REQUIS CONTRE LE FONDATEUR DE PIP JEAN-CLAUDE MAS

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Une peine de quatre ans de prison ferme a été requise mardi à l'encontre de Jean-Claude Mas, le fondateur de la société Poly Implant Prothèse (PIP) qui est au coeur d'un scandale mondial d'implants mammaires emplis d'un gel non homologué.

Le procureur a également réclamé à son encontre 100.000 euros d'amendes et une interdiction définitive d'exercer une activité dans le monde médical ou sanitaire, ainsi que de gérer une entreprise commerciale ou industrielle.

"Il faut que vous réfléchissiez dans une cellule à cette triste odyssée commerciale", a déclaré Jacques Dallest en réclamant une "peine exemplaire".

Quatre autres cadres de PIP ont été condamnés à des peines allant de deux à quatre ans de prison assorties de sursis.

Le ministère public a laissé au tribunal le soin de fixer le montant de l'indemnisation à accorder aux victimes au titre d'un préjudice des consommateurs pour "utilisation d'un produit non conforme" et du préjudice d'anxiété.

Il a aussi demandé le rejet de constitution de partie civile de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qu'il n'a pas estimé victime de la tromperie.

Les cinq prévenus sont jugés jusqu'au 17 mai pour des faits de tromperie aggravée et d'escroquerie.

"C'est un procès sans précédent sur le plan humain, ce n'est pas une affaire franco-française mais une affaire planétaire. La grande majorité des porteuses sont de nationalité étrangère avec 71 pays concernés", a ajouté Jacques Dallest, indiquant que 7.445 porteuses de prothèses PIP s'étaient constituées parties civiles dans cette procédure.

"APPRENTI-SORCIER DES IMPLANTS MAMMAIRES"

L'affaire PIP, c'est aussi l'histoire d'un homme, Jean-Claude Mas, un "apprenti-sorcier des prothèses mammaires" présenté comme la "pierre angulaire du système".

"Se transformer en alchimiste en quête d'un produit impossible, c'est affligeant. Ce fameux gel, c'est de l'huile bricolée à la louche", a dit le procureur de Marseille.

L'ancien président du directoire Claude Couty a également été la cible d'une accusation qui voit en lui "le financier, l'homme des chiffres" qui avait le "pouvoir de dire non".

"Il a été le dernier à faire des victimes en étant le dernier à libérer des lots pour des raisons financières", a poursuivi Ludovic Leclerc.

Selon l'accusation, le secret préservé de la fabrication de ce gel, qui a perduré pendant plus de dix ans, s'explique en partie par la "lâcheté" de certains salariés, les menaces de Jean-Claude Mas et les situations de confort des cadres de PIP.

Les procureurs sont longuement revenus sur les mécanismes d'une firme où "l'on a vendu des implants comme n'importe quel autre objet", sans tenir compte de leur dangerosité.

Ils ont rappelé que le gel PIP était sept fois moins cher que le gel homologué, soit un coût de 9,90 euros par implant pour une économie globale estimée à un million d'euros par an.

"Chez PIP, le bénéfice est pour la société, le risque pour le patient", a résumé Ludovic Leclerc. "Non, les implants PIP ne sont pas comme les autres. Ils représentent un danger fondamental pour les autres."

Plus de 300.000 femmes auraient été porteuses dans le monde de prothèses de la société française créée en 1991.

Le gouvernement français avait recommandé, par précaution, le 24 décembre 2011, le retrait des implants PIP.

"J'ai trouvé le réquisitoire intéressant. Il a mis des mots sur ce que l'on vit, il a détaillé la fraude d'une manière bien réelle", a dit Alexandra Blachère, présidente d'une association de victimes qui revendique plus de 2.300 adhérentes.

Selon le dernier bilan de l'ANSM arrêté fin décembre, 14.990 femmes ont choisi de se faire retirer leurs implants PIP, soit à la suite d'un dysfonctionnement, soit à titre préventif. Au total, 5.048 femmes ont rencontré au moins un dysfonctionnement de leurs implants et 2.697 au moins un effet indésirable.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant