Quand un palais de l'époque fasciste devient... un siège d'entreprise

le
2

EN IMAGES - À Rome, la maison de couture Fendi a inauguré son nouveau siège dans le «Palazzo de la Civiltà italiana», et surnommé le «Colisée carré». Une manière de promouvoir le made in Italy.

En restaurant le palais de la Civilisation Italienne, un symbole de l’ère fasciste à Rome, et en y installant son nouveau siège social, la maison de couture Fendi, née dans la Ville éternelle il y a 90 ans, accentue encore plus sa «romanité». Après avoir financé à hauteur de 2 millions d’euros la restauration de la Fontaine de Trevi, un autre monument iconique romain qui sera rouvert au public le 3 novembre, Fendi (groupe LVMH) poursuit son oeuvre de mécénat.

Cube parfait de 60 mètres de haut agrémenté de 260 arches sur 8 niveaux, le «Palazzo de la Civiltà italiana», conçu par les architectes Guerrini, La Padula et Romano, est surnommé le «Colisée carré» par les Romains. Construit pour l’Exposition universelle de Rome de 1942, voulue par Mussolini pour exalter les valeurs et la puissance du régime fasciste mais qui n’eut jamais lieu en raison de la guerre, il était abandonné depuis plus de 40 ans.

«Il n’est pas connoté «fasciste» car aucun fasciste n’y a habité ou travaillé», nuance pour l’AFP le PDG de Fendi, Pietro Beccari. «Les Romains l’aiment surtout parce qu’il ressemble au Colisée et qu’il est l’un des chefs d’oeuvre de l’architecture moderne». La Fontaine de Trevi et ce Palazzo représentent «notre amour pour Rome et ce que nous sommes en train de faire pour cette ville, notre romanité», estime-t-il, rappelant qu’il a fait ajouter exprès «Rome» sur le logo de la maison. Pour un loyer mensuel de 240.000 euros selon la presse italienne, la maison de couture a signé un bail de 15 ans pour occuper l’intégralité du palais, où elle a installé ses bureaux et son atelier de fourrure.

L’esthétique du palais, typique des années 1940, est «très Fendi, très romaine», ajoute Pietro Beccari, citant «les lignes géométriques, verticales, tout ce qui plaît à Karl Lagerfeld», le directeur artistique de la marque pour sa ligne de fourrure et de prêt-à-porter féminin. Evoquant des «vibrations positives», cette «lumière naturelle» si particulière due au fait que le palais est situé entre montagne et mer sur l’un des plus hauts points de Rome, M. Beccari se dit persuadé que les lieux apporteront «créativité» et «énergie positive» à sa marque «au luxe décalé, typiquement romain».

Pour l’architecte Marco Costanzi, choisi il y a deux ans pour les travaux, le défi était de taille: «L’édifice était vide, il n’y avait pas de murs, ni d’eau courante, ni de sanitaires, à peine des sols, mais les murs de travertin étaient de très bonne qualité». Au sous-sol, au sein de l’atelier de couture dirigée par Rim Kalai, une cinquantaine de «petites mains» s’affairent sur des pièces de vison teintes en vert d’eau ou en aubergine, pour créer des manteaux uniques.

«Pour nous, travailler dans ce palais est aussi fascinant qu’envoûtant», confie à l’AFP la chef d’atelier, ajoutant que le fait d’avoir réuni les quelque 400 employés du siège sous un même toit permet de «maintenir fertile le dialogue entre tradition et innovation». Dans cette vaste pièce, «on crée une nouvelle identité aux peaux, tout est fait à la main et parfois sur mesure pour une clientèle très spéciale», explique l’élégante jeune femme, pour qui «la haute fourrure, c’est à la fois mathématique et artisanal, une fusion entre les sciences et l’art». M. Beccari se dit proche de l’état d’esprit de l’énergique chef du gouvernement italien Matteo Renzi, qui défend à longueur de discours le «made in Italy»: «Il faut parler en bien de l’Italie et en particulier de Rome: elle mérite mieux que ce qu’on dit d’elle en ce moment».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • queb63 le vendredi 23 oct 2015 à 10:42

    Pour l'âge d'Or je fais reference à César et non Mussolini.

  • queb63 le vendredi 23 oct 2015 à 10:41

    comme d'habitude les journalistes mettent en avant ce qu'ils veulent, le fascisme par rapport à l'amour des Italiens pour l'architecture qui rappel l'âge d'Or Italien. C'est bon ton de rabaisser les peuples en laissant planer des mots comme Fascisme pour cette article.