Quand un jeune fiché S prend la poudre d'escampette

le
1
Vue aérienne des quartiers du Mirail et de La Reynerie à Toulouse.
Vue aérienne des quartiers du Mirail et de La Reynerie à Toulouse.

Un jeune Toulousain de 19 ans, qui avait disparu de son domicile le 8 août a été signalé en Bulgarie, étape avant son départ pour la Syrie. Ce jeune homme de 19 ans n'est pas un inconnu : originaire du quartier de la Reynerie, Abdelhafid Ayoub avait fait parler de lui en 2014. Avec un autre lycéen toulousain, il s'était déjà rendu en Syrie. Leur espoir : rejoindre l'EI. Les deux ados, mineurs à l'époque avaient pris pris contact avec la rébellion islamiste en Syrie sur Facebook, par l'intermédiaire du compte d'un certain Abu al-Hassan qui se mettait en scène sur le réseau social en diffusant ses photos du front, agrémentées de textes de propagande. Le djihadiste syrien avait indiqué aux ados français le mode d'emploi pour le rejoindre. Pour se rendre sur la zone de front, les mineurs avaient pris l'avion pour Istanbul, puis rejoint la région de Hatay, limitrophe de la Syrie, munis d'un ordinateur et d'un téléphone portable. C'est là qu'Abou al-Hassan leur a fait traverser clandestinement la frontière.

Déçus

Selon leur audition auprès des services de renseignements après leur retour, les deux garçons avaient d'abord invoqué un voyage « humanitaire » avant de reconnaître qu'ils voulaient prendre part à la rébellion contre Bachar el?Assad. Mais pour les officiers de la DCRI, les motivations djihadistes des deux jeunes semblaient établies. Ayoub et son camarade avaient fini par faire demi-tour déçus de ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki il y a 5 mois

    Encore un échec des juges : erreur d'appréciation due à l'aveuglement et à l'idéalisme social-histes ! Les juges manquent de jugement !